Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2020 5 08 /05 /mai /2020 16:04

 

Infirmière au chevet d'un patient atteint du Covid-19. Photo : Le Télègramme

 

 

La radio de droit public Deutschlandradio, institution d’outre-Rhin comparable à Radio France, vient dernièrement de réaliser une émission dont le but était de tenter d’analyser les informations statistiques livrées à la population par les autorités allemandes en liaison avec l'évolution de l’actuelle pandémie de Covid-19.

Il ressort de cette intervention que, tant en Allemagne qu’en France, mais aussi probablement dans la plupart des pays impactés par cette pandémie qui ont également tendance à n'évoquer que les victimes des autres pays, les chiffres quotidiennement communiqués au public ne parviennent pas résister à l’analyse critique du monde scientifique Na de bonnes raisons d'estimer que ces données officielles sont largement sous-évaluées.

Nous reprenons ci-après l'essentiel de l'argumentaire évoqué par cette radio.

La rédaction d’HENDAYENVIRONNEMENT

 

 

Covid-19 : Quel est le nombre de cas non déclarés d’infections dues au coronavirus en Allemagne ?

 

 

 

Selon l’université américaine Johns Hopkins, plus de trois millions de personnes dans le monde ont reçu un diagnostic de coronavirus, l'Allemagne étant l’un es pays les plus touchés en terme de nombre. Il est clair que les chiffres officiels ne reflètent pas pleinement la réalité et qu’il existe un chiffre non divulgué. Il existe diverses conjectures et calculs concernant leur nombre.

 

Il est difficile de déterminer le chiffre non divulgué. Cela est dû en partie au fait que de nombreux cas sont bénins. Ceux qui ne remarquent même pas qu’ils sont infectés ne peuvent généralement pas être testés et ne s’isolent pas. De plus, la connaissance plus approfondie du virus devrait d’abord parvenir à se diffuser.

 

L’Institut Robert Koch entame de nouvelles études

 

Le président de l’Institut Robert Koch (RKI), Prof. Dr. Lothar H. Wieler, a d’abord déclaré qu’il n’y avait aucune raison de supposer que le nombre de cas non signalés en Allemagne était particulièrement élevé, car les tests avaient commencé très tôt en Allemagne et qu’il y avait généralement été fait beaucoup de tests. Comme pour les autres pays, les experts s’attendent désormais à un nombre élevé de cas non signalés en Allemagne.

 

Le RKI a également annoncé plusieurs études sur la propagation du coronavirus en Allemagne. Il est examiné si des anticorps contre le SRAS-CoV-2 peuvent être détectés dans le sang des participants à l’étude. Cela devrait déterminer combien de personnes ont subi une infection et ont été immunisées au moins pendant un certain temps. Les résultats des études sur les anticorps sont " d’une grande importance pour parvenir à plus précisément évaluer l’évolution et la gravité de la pandémie et mieux appréhender l’efficacité des mesures prises ", estime cette institution.

 

" L'étude Heinsberg " suppose dix fois plus d'infections

 

En effet, jusqu’à présent, la plupart des tests d’anticorps ont été considérés conne inexacts, car certains d’entre eux fonctionnent également avec des anticorps dirigés contre d’autres coronavirus. Ce n’est que lundi que la société pharmaceutique Roche a déclaré qu’elle avait développé pour la première fois un test d’anticorps avec une fiabilité proche de 100 %.

 

La critique vient également du Prf. Dr. Gérard Krause, épidémiologiste en chef du Helmholtz-Zentrum für Infestkionsforschung. Ce dernier a déclaré à l’hebdomadaire Der Spiegel que la projection chiffrée de "l’étude Heinsberg " (https://www.uni-bonn.de/neues/111-2020) n’était basée que sur sept décès liés à une infection au coronavirus. " Une mort plus ou moins enregistrée est vraiment importante ", a-t-il déclaré. De plus, les résultats ont été difficiles à transférer en Allemagne. Par exemple, le taux de mortalité pourrait être sous-estimé car pratiquement aucune maison de retraite n’a été déclarée affectée.

 

Source : Deutschlandradio, 8 mai 2020

 

Traduction : Google (améliorée par Sirius, notre germanophile maison)

 

 

Partager cet article

Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 10:01

                                               Notre planète vue de la stratosphère.

   DEMANDE DE PARTICIPATION À QUESTIONNAIRE

D'UNE JEUNE ÉTUDIANTE

 

Alors que le réchauffement climatique engendré par l'activité humaine va dans les décennies à venir fortement impacter notre environnement ainsi que notre mode de vie, notre jeunesse tente de se préparer au mieux à ces changements, et ce afin de ne pas se trouver brutalement confrontée à ce crucial problème, de la même façon que nous nous sommes trouvés dépourvus de moyens efficaces pour lutter contrer l'actuelle pandémie de COVID-19.

 

HENDAYENVIRONNEMENT partage les appréhensions de nos générations montantes qui seront encore plus confrontées que nous l'auront été à ces nouvelles données, et prie donc conséquemment ses lectrices et lecteurs de bien vouloir trouver le temps de répondre au petit questionnaire contenu dans le lien ci-dessous. Ceci aidera grandement une jeune et engagée étudiante à rédiger son mémoire dans des conditions appréciables en ces temps de confinement. 

 

Voici le libellé de sa demande d'aide :

 

" Étudiante en géographie, mon mémoire de recherche porte sur la gestion du risque inondation sur la commune d'Hendaye. Dans ce cadre, je mène un questionnaire sur la perception du risque par les Hendayais et les Hendayaises. Le questionnaire est anonyme, il n'y a pas de "bonne réponse" et il ne faut pas avoir de connaissances particulières sur le sujet pour y répondre. De plus, il ne prend pas plus d’une dizaine de minutes à remplir :

 

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSePH3HstQJLNlROa8pSoqjtey2Brq1zvO-xHnkQ__pHBgtgGg/viewform?usp=sf_link

 

Merci pour votre participation. "

 

La rédaction d'HENDAYENVIRONNEMENT

 

 

Partager cet article

Repost0
3 avril 2020 5 03 /04 /avril /2020 11:11

 

En ces temps où la crise sanitaire provoquée par le COVID-19 se dédouble (surtout pour les plus fragiles et/ou démunis de nos concitoyens) de difficultés grandissantes à se nourrir, notre rédaction relaye volontiers l'appel lancé aux jeunes par le Secours populaire français (SPF) pour venir en aide à ceux des volontaires habituels qui mènent avec dévouement la distribution de denrées alimentaires destinées à subvenir aux besoins essentiels de notre population qui vit dans l'abandon et la précarité.

 

« Occuper le temps libéré par le confinement tout en se sentant utile », tel est le leitmotiv de la campagne de recrutement de jeunes bénévoles que poursuit en ces circonstances si particulières le SPF. 

 

La rédaction d'HENDAYENVIRONNEMENT

 

                                              

 

                                                                      Lire l'appel :

 

https://www.secourspopulaire.fr/64c/coronavirus-confinement-jeune-benevole-benevolat/?o=LCI009

 

 

 

 

              Sans les bénévoles, rien n’est possible !

 

C’est grâce à la mobilisation de dizaines de milliers de bénévoles que le Secours populaire peut mener ses actions. Vous pouvez les rejoindre : En remplissant le formulaire bénévole

 

 

Partager cet article

Repost0
15 mars 2020 7 15 /03 /mars /2020 15:43

Le président Macron évoque dans son allocution du 13 mars 2020 qu'« Il faut limiter les déplacements au strict nécessaire », mais dit l’instant d’après que « Rien ne peut empêcher les Français, même les plus vulnérables, de se rendre aux urnes ».

 

La politique est-elle vraiment une priorité lorsqu'elle fait ainsi courir le risque d'aggraver la propagation du virus, et donc se montrer irrespectueuse de nos soignants ainsi qu'insouciante envers la population ? Permettre à nos concitoyens de se doter de gel hydroalcoolique ainsi que de masques respiratoires aujourd'hui introuvables, n'était-ce pas la première des urgences ? Ces questions essentielles dénotent à quel point nous avons affaire à une tragique impéritie (1) de nos dirigeants.

 

ALERTE AU CORONAVIRUS (COVID-19)  

 

 

       L'HEURE EST À L'EXTRÊME VIGILANCE

 

 

Estimée lectrice, Estimé lecteur,

 

Les conséquences du coronavirus se manifestent actuellement dans les hôpitaux italiens et espagnols d'une façon cruelle. Les médecins et les infirmières ne peuvent plus aider tous les malades et doivent donc soupeser quels sont ceux qui doivent être traités en priorité. Les capacités ne sont pas suffisantes pour s'occuper des personnes âgées ou gravement malades. Les ventilateurs respiratoires en particulier manquent*. «Statistiquement, ces personnes n'ont aucune chance de survivre au stade critique de l'infection. Ces personnes sont déjà considérées comme mortes », décrit ainsi de façon drastique un médecin italien des soins intensifs. (2)

De telles situations menacent également en France si nous n'agissons pas rapidement. Les derniers jours et heures montrent que le virus se propage aussi ici d'une façon exponentielle. Mais nous avons encore une chance de le ralentir. Comparé à l'Italie, nous avons un avantage de quelques jours ou semaines. Nous devons l'utiliser dès à présent en ralentissant sa propagation afin que notre système de santé ne s'effondre à son tour. De cette façon, tous les faibles de notre société, les personnes âgées, les solitaires ou encore les pauvres auront une chance de traitement qui sauve des vies.

Pour que cela fonctionne, nos gouvernants ainsi que les autorités sanitaires doivent encore plus agir. Mais tout le monde est également concerné, parce que nous pouvons tous propager le virus, même si nous ne présentons aucun symptôme. D'où ce appel urgent que nous relayons:

 

-     Veillez à rester à la maison chaque fois que vous le pouvez. Évitez les voyages, les rendez- vous et les réunions. N'allez pas au pub, café, restaurant ou sur le lieu votre sport favori et essayez si possible de vous pratiquer du télétravail. C'est ainsi que vous vous protégerez, mais surtout contribuerez à ralentir la propagation du virus. Ces mesures se sont montrées particulièrement efficaces en Chine. Cette «distanciation sociale» provisoire n'est ni un signe de panique ni d'égoïsme, c'est avant tout un acte de solidarité envers ceux qui risquent de mourir du virus.
 

-    Veillez à soutenir les personnes particulièrement menacées par le virus. Les personnes âgées ou déjà affaiblies par la maladie doivent se protéger de l'infection. Elles ont besoin de notre aide. Demandez à vos connaissances, amis et proches voisins qui appartiennent à ce groupe, s'ils ont besoin d'être aidés dans leurs courses alimentaires ou achats en pharmacie.

 

-    Partagez ces informations. Plus elles atteindront de personnes, plus grandes seront les chances que notre système échappe à l'effondrement. Les prochains jours décideront si le taux d'infection augmentera fortement ou la courbe parviendra à s'atténuer.

 

Prenez bien soin de vous !

 

La rédaction d'HENDAYENVIRONNEMENT

 

* Nota : Voici, à titre comparatif, ce qu'exprime un duo d'auteurs considérant la situation française : " L'Allemagne, elle, dispose de 50% de lits en plus (que la France n.d.l.r.) et du double de lits de réanimation par habitant." (André Grimaldi et Frédèric Pierru, respectivement professeur émérite au centre hospitalier universitaire Pitié-Salpêtrière (Paris) et sociologue-chercheur au CNRS/Ceraps, université Lille II, dans l'ouvrage " Santé urgence " qui vient de paraître chez Odile Jacob, Paris.!

Face à ce naufrage sanitaire, une résolution demandant la création d’une commission d’enquête parlementaire déposée le 4 mars par des députés LR va être incessamment engagée par l’Assemblée nationale. « Bien conscients des risques, aucune consigne n’aurait pourtant été donnée en amont aux professionnels de santé, aucune réunion d’information sur la logistique et prise en charge des cas index et sujet contacts n’aurait été organisée, aucune mise à disposition de matériel de protection lors de l’examen des patients (masques adaptés, tuniques de protection) n’aurait été faite : le manque de prévention et de protection élémentaire des soignants est dénoncé dès le mois de février par les associations de médecins », affirme le texte de cette résolution qui se base également sur les déclarations de l’ancienne ministre de la santé mettant en cause l‘inaction du gouvernement pour rechercher les responsabilités politiques qui menèrent à l’impréparation du pays face à ce qui est devenu une crise sanitaire majeure.

 

(1) Lire à ce sujet le cri de colère d'un scientifique du CNRS Aix-Marseille concernant par ailleurs l'insuffisance de moyens consacrés à la recherche axée sur l'Acide Ribonucléique messager (ARNm), dont une meilleure compréhension aurait pu permettre la mise au point d'un vaccin contre le coronavirus, puisque cet ARNm est présent dans les virus de types coronariens :  https://mrmondialisation.org/coronavirus-le-cri-de-colere-dun-chercheur-du-cnrs/

 

(2) « Le coronavirus désespère les médecins en Italie - Des décisions comme en temps de guerre » (« Coronavirus lässt in Italien Ärzte verzweifeln – Entscheidungen wie in Kriegszeiten »), titrait le grand quotidien berlinois Tagesspiegel le 12 mars 2020 : https://www.tagesspiegel.de/wissen/drohen-in-deutschland-italienische-verhaeltnisse-coronavirus-laesst-in-italien-aerzte-verzweifeln-entscheidungen-wie-in-kriegszeiten/25632790.html

 

Vous découvrirez sous le lien ci-après  une chronologie historique de la propagation du Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) qui, en 2003, fut le précurseur de ces maladies virales émergentes qui ne manqueront probablement pas à l'avenir de revenir régulièrement occuper notre quotidien et nos esprits tant qu'un vaccin n'aura pu être mis au point : https://www.em-consulte.com/rmr/article/143662

 

ÉVOLUTION MONDIALE DE LA CRISE SANITAIRE

 

Des infirmières britanniques effarées par l'ampleur de la progression que prend la pandémie au Royaume-Uni. Photo   AP

 

Le site officiel Santé publique France (https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/infection-a-coronavirus/articles/infection-au-nouveau-coronavirus-sars-cov-2-covid-19-france-et-mo) étant difficilement compréhensible pour suivre clairement l'évolution mondiale de cette pandémie, nous vous proposons les pointages globalement plus explicites rapportés quotidiennement par le CHU Marseille-Aix (https://www.mediterranee-infection.com/covid-19/) ou encore  le site hospitalo-universitaire Johns Hopkins (https://coronavirus.jhu.edu/map.htm)

 

Top 15 des pays comptant le plus grand taux de mortalité par 1 000 000 d'habitants

 

Extrait du site Institut Méditerranée Infection / CHU Marseille-Aix 01/05/2020 :

                         

Pays                                   Cas                 Décès        Population         Mortalité/Million hab.   

 

Belgium

49 032

7 703

11 589 623

664,6

Spain

213 435

24 543

46 754 778

524,9

Italy

207 428

28 236

60 461 826

467,0

United Kingdom

178 685

27 583

67 886 011

406,3

France

167 305

24 628

65 273 511

377,3

Netherlands

39 989

4 909

17 134 872

286,5

Sweden

21 520

2 653

10 099 265

262,7

Ireland

20 833

1 265

4 937 786

256,2

Switzerland

29 705

1 754

8 654 622

202,7

United States**

1 103 461

64 943

331 002 651

196,2

Portugal

25 351

1 007

10 196 709

98,8

Canada

56 343

3 537

37 742 154

93,7

Germany

164 077

6736

83 783 942

80,4

Denmark

9 509

460

5 792 202

79,4

Iran

95 646

6 091

83 992 949

72,5

 

Source : South China Morning Post (Hong Kong)

 

Chiffres sur l'évolution de la pandémie sur l'ensemble du monde : https://www.mediterranee-infection.com/covid-19/#link_acc-4-6-d

 

Prévision d'évolution faite par un des épidémiologiste et ses observations concernant les taux de mortalité dans les pays aux systèmes de santé dits "performants" : https://www.youtube.com/watch?v=FGg4cAovSlg

 

Nos commentaires des trois derniers jours :

 

20/04 La situation sanitaire s'aggrave notablement au Royaume-Uni et le nombre de décès relevés en France est sur le point de dépasser pour la première fois depuis le début de la pandémie celui de l'Espagne.

 

30/03 Le site ministériel Santé France fr recense 207 nouveaux décès dans nos hôpitaux, alors que l'OMS (https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/situation-reports ) en compte 427 en tenant compte de ceux survenus dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Le Royaume-Uni, pays où la pandémie semble devenir incontrôlable, on dénombre en une seule journée 4 419 décès de plus.

 

01/05/20 Pour la première fois depuis le début de la pandémie la France enregistre un nombre cumulé de décès qui rejoint celui de l'Espagne, alors que ce pays compte à ce jour 46 000 cas avérés de COVID-19 de plus.

 

La rédaction d'HENDAYENVIRONNEMENT

 

 

Partager cet article

Repost0
22 février 2020 6 22 /02 /février /2020 14:04

Rostock (Land de Mecklenburg-Vorpommern) lors des émeutes du 22 au 26 août 1992 menées par l'extrême-droite allemande contre des habitats où logeaient des réfugies. Commentaire d'alors de l'hebdomadaire DER SPIEGEL :

" Comme à Hoyerswerda ou Solingen, Rostock est devenue synonyme d'une Allemagne dans laquelle les étrangers doivent craindre pour leur vie."  Photo : AP

 

ALLEMAGNE

 

  INQUIÉTANTE SPIRALE DE LA HAINE

 

" Nous ne pouvons en appeler à la conscience du monde quand notre propre conscience est endormie " Carl von Ossietzky *

                                                          

* Carl von Ossietzky (1889 -1938), écrivain et journaliste pacifiste allemand, arrêté dès l'arrivée des nazis au pouvoir en 1933, fut déporté au camp de concentration de Sonnenburg, puis d' Esterwegen,, lieu à partir duquel il apprit sa nomination au Prix Nobel de la paix de 1935.

 

 

 

De plus en plus d'Allemands se radicalisent sur les forums Internet et les réseaux sociaux, ce qui a mené à l'embrasement de nombreux lieux d'hébergement pour réfugiés ces dernières années. Ces actes horribles ont déjà fait des dizaines de victimes innocentes, dont nombre d'enfants en bas âge. Aujourd'hui, avec la tuerie de Hanau, survenue le 19 février 2020, des gens sont abattus en des lieux publics sans que les autorités, coupables d'avoir trop longtemps manifesté une évidente cécité en regard des mouvements d'extrême droite, parviennent à empêcher ces derniers à mentir et agir. 

 

Ces transgresseurs de l'interdit, qu'ils se dénomment NPD, PEGIDA, AfD ou autres, démontrent qu'ils ne reculent désormais devant rien pour semer une terreur aux relents de « peste brune ». Que ce soit à Rostock, Halle, Hanau ou encore ailleurs(1), ces attentats rappellent à s'y méprendre les méthodes qui menèrent à la prise du pouvoir par les nazis dans l'Allemagne de 1933.

 

Ces actes ignobles ne doivent toutefois pas faire oublier que nous sommes souvent coresponsables de la propagation de cette dérive sociétale mortifère qu'est la radicalité xénophobe et raciste. La haine sur Internet est d'autant plus répandue que, par indignation naïve, en France aussi nombre de nos semblables diffusent ou ont diffusé, parfois sans réfléchir, des textes imprégnés du poison qu'est la haine de " l'étranger ". Ainsi, le « bouton de partage », utilisé d'une façon irréfléchie, aide les pyromanes spirituels à la propagation de leur idéologie sanglante qui incite au passage à l'acte.

 

Qui d'entre nous n'a pas déjà reçu des messages haineux de parents ou de connaissances et ne les a pas contredits ? Combien ont déjà partagé sur le Net des textes aux titres souvent accrocheurs sans s'être donné la peine de les lire jusqu'au bout, puis ont ensuite eu honte d'avoir contribué à leur propagation ?

 

Prenons conscience de la fragilité de nos institutions démocratiques et osons contrer cette infernale spirale de haine qui pourrait, si nous nous contentons de demeurer passifs, nous conduire à une confrontation d'envergure avec l’innommable horreur qu'est l'idéologie nazie.

La rédaction d'HENDAYENVIRONNEMENT 

 

 

(1) Découvrir l'interminable liste des attentats et incendies commis par la mouvance néonazie en Allemagne réunifiée (années 1990-2019): https://de.wikipedia.org/wiki/Flüchtlingsfeindliche_Angriffe_in_der_Bundesrepublik_Deutschland

 

Nota : Voir en bas de la page Wikipédia la liste de ces attentats et incendies détaillée par années.

 

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 11:24

                      L’avenir de nos retraites se jouera-t-il bientôt sur les marchés boursiers ?  Photo : Bastamag

 

 

   Quelle vie après le travail : les enjeux de la réforme des retraites

 

Basta ! décrypte pour vous ce qui se joue autour des retraites et du débat de société qu’elle provoque. Avec cette réforme, telle que la conçoit le gouvernement, « les pensions retraites existeront toujours mais ces retraites ne seront pas suffisantes pour maintenir son niveau de vie », nous prévient l’un des meilleurs spécialistes de l’État social, l’économiste Michaël Zemmour. « Celles et ceux qui n’auront que cela seront vraiment appauvris. D’autres, qui seront plus aisés, iront compléter par de la capitalisation. »
➡️ « Avec la réforme, les retraites de demain ne seront pas suffisantes pour maintenir son niveau de vie »

 

Qui sera « vraiment appauvri » ? Ce seront notamment les femmes. Les quelques aménagement proposés par la réforme Delevoye, tel le bonus de points dès le premier enfant, sont insuffisants pour corriger les inégalités que subissent déjà la moitié de la population. Les femmes sont plus précaires et moins payées que les hommes. Elles en paient les conséquences à la retraite. Le système à points n’y changera pas grand chose : « La somme des salaires perçus par une femme née entre 1950 et 1960 ne représente que 58 % de celle d’un homme. Sa pension, avec un régime à points prenant en compte l’intégralité de sa carrière, égalerait donc 58 % de celles des hommes. Pour l’équité promise, il faudra repasser », écrivait notre journaliste Nolwenn Weiler.
➡️ Pourquoi la nouvelle réforme des retraites pourrait encore aggraver les inégalités femmes-hommes
➡️ Les femmes seront encore les grandes perdantes de la réforme des retraites

 

Le gouvernement nous l’assure : les retraités pauvres bénéficieront d’une retraite moins indigne (1000 euros minimum garantis). C’est ce qui est ainsi promis aux agriculteurs, dont la majorité vit sous le seuil de pauvreté une fois à la retraite, depuis déjà… quinze ans, par le même Jean-Paul Delevoye ! Nul besoin d'un système de retraite à points pour garantir une retraite minimum à chacun et chacune.
➡️ Les promesses jamais tenues de Delevoye et du gouvernement en faveur de la retraite des agriculteurs

 

Face au risque d’appauvrissement, ceux qui en auront les moyens, en particulier les très gros salaires, se tourneront vers la retraite par capitalisation, et enrichiront les fonds de pension et les gros acteurs des marchés financiers, tels le plus gros fonds d’investissement au monde, BlackRock. Ces fonds de pension ont une belle marge de progression en France : ils n’y pèsent qu’un petit 0,7% du PIB, contre 76 % aux Etats-Unis ou 104 % au Royaume-Uni, comme nous le rappelle Rachel Knaebel.

➡️ Fonds de pension : l’avenir de nos retraites se jouera-t-il bientôt sur les marchés boursiers ?

 

Quant à fixer de fait l’âge de départ sans perte de pension à 64 ans (« âge pivot »), c’est oublier qu’espérance de vie et espérance de vie en bonne santé sont deux choses bien différentes. En France, en 2017, cette espérance de vie en bonne santé est, en moyenne, de 62 ans pour les hommes, 64 ans pour les femmes. Sans oublier les conséquences des conditions de travail sur l’espérance de vie : un cadre pourra espérer profiter de sa retraite six ans de plus qu’un ouvrier.
➡️Baisse des pensions, creusement des inégalités : ce qu’annonce le projet de réforme des retraites

 

Enfin, le futur déficit des caisses de retraites serait alarmant, répète le gouvernement. C’est faux, il restera provisoire et, surtout, peut être facilement comblé par les réserves financières accumulées dans un fond de réserve créé pour cela il y a vingt ans ! Ce déficit est surtout dû à la réduction de la masse salariale dans les services publics alors que le secteur privé recourt de plus en plus aux intérimaires, précaires et souvent mal payés. Ce sont autant de cotisations retraite en moins.
➡️Non, le déficit du régime des retraites par répartition n’est pas alarmant

 

 

NOUS AVON BESOIN DE VOUS ...

 

... pour continuer ce travail, pour l'améliorer, le rendre encore plus accessible à un public large, notamment à de nouveaux supports comme la vidéo, besoin de votre propres témoignages, mais aussi de votre soutien financier.  https://www.bastamag.net/don

 

  

 

 

 

 

 

 
 
 
 

 

 

Partager cet article

Repost0
8 novembre 2019 5 08 /11 /novembre /2019 14:21

                                                                               Georg Elser

                                          (Hermaringen, 4 janvier 1903 – Dachau, 9 avril 1945)

                                                         Photo : Mémorial Georg Elser à Königsbronn

 

COMMÉMORATION DE LA PREMIÈRE TENTATIVE D'ATTENTAT CONTRE HITLER

 

 

Le 8 novembre 1939 à 21h20 explose une bombe à la Bürgerbräukeller de Munich. C'est dans cette brasserie populaire qu'entouré de ses plus proches collaborateurs, Adolf Hitler vient chaque année à la même date réactiver le souvenir de son putsch raté de 1923.

 

Hélas, le Reichsführer, parti onze minutes plus tôt que prévu, échappa à l’attentat commis. Comment ne pas imaginer que cet acte pathétique d'un simple ouvrier ébéniste et anti-nazi, Georg Elser, aurait peut-être pu éviter les dizaines de millions de morts de la Seconde guerre mondiale s'il avait réussi ?

 

Georg Elser paiera cette tentative avortée par sa déportation à Sachsenhausen, puis à Dachau, où il sera exécuté sur le commandement personnel d'Hitler le 9 avril 1945.

 

L'acte bouleversant de cet homme isolé sera néanmoins, tout au long de l'existence de la R.F.A., un sujet de discorde au sein de la population allemande, les nostalgiques du III. Reich ainsi que les cercles les plus conservateurs lui reprochant sa "trahison".

 

Il faudra attendre la résurgence des vieux démons nationalistes qui se manifestent de nos jours presque partout en Europe - et malheureusement aussi en Allemagne - pour que l'ensemble des forces démocratiques de ce pays s'accordent enfin à considérer comme étant héroïque l'acte que Georg Elser avait alors commis.

 

L'article de presse ci-après est un vibrant hommage rendu à cet homme d'exception.

 

La rédaction d'HENDAYENVIRONNEMENT

                          La Bürgerbräukeller de Munich après l'attentat. Photo : Bundesarchiv München

 

 

" Je préfère être abattu plutôt que de faire le moindre pas pour les nazis "

      aurait dit Georg Elser avant de tenter d'assassiner Hitler il y a 80 ans.

  Où a-t-il trouvé le courage d'oser essayer ?
 

                                             Par Johannes Tuchel *

                                                  Extrait de l'hebdomadaire Die Zeit

                                                                   N° 45/2019

                                     Traduit pour HENDAYENVIRONNEMENT par Sirius

 

 

Des rumeurs se répandirent rapidement au sujet du crime : aurait-il vraiment pu être commis par un seul individu ? Cet homme a-t-il vraiment, sans aucune aide, caché l'engin explosif dans une colonne creuse du Bürgerbräukeller à Munich ? Le 8 novembre 1939, la charge explosa à 21 h 20, 13 minutes trop tard. Adolf Hitler et la direction du parti national-socialiste avaient déjà quitté la salle dans laquelle les "anciens combattants" du NSDAP célébraient, comme chaque année, leur tentative de coup d’État infructueux de 1923. Huit personnes, dont une serveuse, périrent des suites de l'explosion et plusieurs autres furent blessées.
 

Tandis que la propagande national-socialiste blâmait les services secrets britanniques, les opposants allemands au régime soupçonnaient au contraire les nazis eux-mêmes de créer une atmosphère favorable à Hitler, que la "providence" avait protégé.
 

Mais, comme l'avouera Georg Elser après son arrestation à la frontière suisse : le crime avait été commis de son seul fait et sous sa propre responsabilité. Lui, Georg Elser, charpentier, avait très tôt supposé qu'Hitler et la hiérarchie national-socialiste préparaient une guerre.

 

Hormis l'attentat mené par Claus Schenk Graf von Stauffenberg le 20 juillet 1944, ce fut le seul acte qui mit directement en danger la vie du dictateur. Néanmoins, de nombreuses années s'écoulèrent avant qu'Elser soit reconnu être un opposant au régime. Les vieilles rumeurs telles celle d'être couramment dénommé « simple charpentier » véhiculaient bien du dédain à son encontre.
 

La seule photo d'Elser à avoir pendant longtemps été publiée fut celle provenant de la Gestapo qui montrait un prisonnier soupçonné d'avoir agi pour des motifs douteux. Le chancelier fédéral Helmut Kohl (CDU) évoqua pour la première fois Georg Elser en public lors d'un discours prononcé le 20 juillet 1984 au Mémorial de la Résistance allemande à Berlin. En l'actuel mois de novembre 2019, ce sera au tour de Frank-Walter Steinmeier, président fédéral, d'être le premier personnage de ce rang à visiter le Mémorial Georg Elser à Königsbronn, ville natale de Georg Elser, depuis son ouverture en 1998.
 

L'action solitaire de Georg Elser reste encore de nos jours un défi : il a vu ce que tout Allemand aurait pu voir et en a tiré une conclusion radicale, tandis que la grande majorité de ses compatriotes accepta de suivre sans contradiction les commandements nazis. Comment se fait-il qu'il ait vu et chercha à voir ce que les autres faisaient mine d'ignorer ? D'où cet homme a-t-il eu le courage d'éliminer des tyrans ? 80 ans après l'attentat de Munich, les recherches menées montrent à quel point les réponses à ces questionnements sont claires et révélatrices.
 

Le sens de la justice de Georg Elser était aussi rigoureux que sa façon de travailler.
 

Georg Elser naquit le 4 janvier 1903 à Hermaringen, localité située à proximité de Königsbronn, dans le Wurtemberg, où la famille déménagea peu après sa naissance pour y vivre dans des conditions difficiles. Son père, Ludwig Elser, né en 1872, est issu d'une famille d'agriculteurs et a 18 frères et sœurs. La mère de Georg, Maria Müller, née en 1879, est une enfant illégitime qui a été abandonnée par sa mère immédiatement après sa naissance. Jusqu'à son mariage avec Ludwig Elser, elle travaillait à la ferme paternelle. Johann Georg a alors déjà dix mois. Les naissances prénuptiales n'étaient pas rares à l'époque. Beaucoup de couples n'ont tout simplement pas l'argent pour le mariage et la fondation d'un foyer.
 

Georg Elser eut au fil des ans cinq frères et sœurs. Toutefois le mariage de ses parents fut extrêmement malheureux et sa jeunesse dure, souvent sans joie. Il en parle en 1939 lors des interrogatoires de la Gestapo, qui restent toujours la source la plus importante des renseignements retraçant sa vie. "Mon père, raconte-t-il, n'était pas très actif dans l'agriculture, il a d'abord travaillé le bois puis ensuite commencé son propre commerce avec celui-ci. Le fardeau principal de l'agriculture reposait sur ma mère. Mes frères et sœurs et moi avons dû l'aider très tôt dans l'écurie, sur le terrain et à la maison. En tant qu'aîné, j'ai toujours été la servant de mes frères et sœurs plus jeunes".
 

Ludwig Elser est souvent malade et la famille appauvrie. Mais ce sont surtout l'alcoolisme et la violence de ce père qui minent la famille.
 

La jeunesse de Georg Elser. Lui-même ne fumera pas et ne boira pas plus tard. En 1910, la mère se sépara de son mari pour une courte période, mais retournera rapidement vers lui. La même année, Elser commence l'école à Königsbronn. Une photo de classe montre la pauvreté des élèves : la plupart d'entre eux sont pieds nus ; Elser peut être vu dans l'une des rangées du fond. En 1917, troisième année de la Première Guerre mondiale, il termine l'école à l'âge de 14 ans.

 

Pendant six mois, il aida ensuite son père dans le commerce du bois et sa mère dans l'agriculture, jusqu'à ce qu'il entame un apprentissage comme tourneur sur métaux à l'usine sidérurgique de Königsbronn, en automne 1917. Mais son travail paraît surcharger sa santé, puisqu'il abandonne sa formation en 1919 et apprend la menuiserie. Il aimait particulièrement fabriquer des meubles. Au printemps 1922, il passa son examen de compagnon à l'école professionnelle de Heidenheim, selon ses propres dires.
 

Les années suivantes ont été pour Elser formatrices à bien des égards. Il devient membre de la Confrérie des travailleurs du bois. En 1928/29, il rejoint l'organisation militante antifasciste du KPD (Parti communiste allemand) dénommée Roter Frontkâmpferbund (Union des combattants du Front rouge), apparemment sans s'impliquer fortement dans ces deux organisations. Selon sa propre déclaration, il choisit le KPD comme "Parti des travailleurs". Mais c'est avant tout son métier qui le passionne.
 

Ses contemporains le décrivent comme un charpentier très consciencieux. Il examine sans relâche ce qu'il a créé. Lorsqu'il livre un lit d'enfant à un ami, il ne s'arrête pas là, mais l'inspecte encore une fois, oui, il vient même le lendemain pour un autre examen. Il est fier de son métier.
 

Au début de 1923, il se fait engager dans une usine de meubles à Aalen, où il produit des meubles de cuisine et des meubles de chambre à coucher. Cependant, en raison de l'hyperinflation qui sévit alors, il fut contraint d'abandonner son emploi à l'automne 1923 et retourne chez ses parents pour un certain temps.
 

Son sens de la justice étant aussi méticuleux que le soin donné à son travail, il s'assure être toujours adéquatement rémunéré. Dans sa vie professionnelle comme privée, il attache également à porter une grande importance à l'indépendance. Il ne se laisse pas mettre sous pression et prend ses propres décisions, qui ne sont pas toujours acceptées par les autres. Georg Elser est considéré comme une personne souvent silencieuse mais sociable. Depuis l'école, il joue de la flûte, puis de l'accordéon, et plus tard, à Constance, il apprend à jouer de la cithare.

 

Au début de 1925, il quitte Königsbronn, dans la tradition des compagnons menuisiers itinérants, ce qui lui permet de se libérer de sa situation familiale compliquée. Au cours des sept années suivantes, il travaille autour du lac de Constance, à Manzell, Constance, Bottighofen et Meersburg. Il tient maintenant fermement son destin entre ses propres mains, un homme libre et indépendant. En 1928, il rencontre la couturière Mathilde Niedermann et, deux ans plus tard, le fils unique d'Elser, Manfred, naît. Cependant, le partenariat s'effondre peu de temps après la naissance ; Elser ne veut pas se marier, mais rester sans attaches. Mathilde Niedermann doit alors élever seule son enfant.
 

A la maison, la mère d'Elser souffre de plus en plus de "l'alcool éternel" de son mari. Au printemps 1932, elle prie son fils de revenir à Königsbronn. Le temps de la liberté et de l'errance est terminé. Georg Elser aide à nouveau maman et papa.


Cependant, il a également installé un petit atelier de menuiserie dans la maison de ses parents, où il fabrique des meubles, principalement sur commande des habitants de Königsbronn, ce qui lui rapporte un peu d'argent. Son père, par contre, est très endetté. En 1935, il dut vendre sa maison et son terrain. En 1938, des différences surgissent entre Georg Elser et le reste de la famille au sujet de l'achat d'une nouvelle maison. Il déménage à Heidenheim en mai 1939 et ne reprend pas contact avec ses parents.


C'est à cette époque que Georg Elser décide d'assassiner Hitler. La décision a probablement été prise à l'automne 1938 et sera planifiée pour être mise en œuvre le 8 novembre 1939.
 

Dès le début, Elser a rejeté le national-socialisme. Il est et reste un individualiste. L'ascension sociale que pouvait apporter l'adhésion aux chemises brunes ne l'attirait aucunement et il refusait constamment le salut d'Hitler. Son frère raconte que Georg Elser quittait la maison lorsque les discours du Führer étaient retransmis à la radio. La petite amie d'Elser, Elsa Härlen, se souvient plus tard de sa réaction à une "collecte de fonds" nationale-socialiste : "Soit vous êtes pour et donnez quelque chose, soit vous êtes contre, alors vous ne donnez rien", aurait-il déclaré. Un ami rapporte les propos d' Elser en ces termes : "Je préfère être abattu plutôt que de faire un pas pour les nazis ".
 

« La situation des travailleurs s'était détériorée après 1933 », dit Georg Elser lors d'un interrogatoire de la gestapo.


Trois motifs décisifs vont mener Elser à rejoindre la résistance.

 

Il se retourne d'abord contre le régime parce qu'il veut être libre. Pour lui, la liberté ne signifie pas seulement l'indépendance personnelle, l'absence de coercition dans la vie privée ou au travail : en tant qu'homme contemporain politiquement engagé, il se réfère aux droits politiques et sociaux fondamentaux garantis depuis 1919 par la Constitution de Weimar et ont été largement abolis par les nationaux-socialistes.


En 1939, Elser évoque ouvertement devant la Gestapo : " De plus, à mon avis, la classe ouvrière subit une certaine pression depuis la " révolution nationale" (comprendre : nationalisme pangermaniste hitlérien ndlr). Le travailleur, par exemple, ne peut plus changer d'emploi comme il le veut, il n'est plus maître de ses enfants que par l'intermédiaire des Hitlerjugend (jeunesses hitlériennes), et n'est également plus aussi libre sur le plan religieux. Je pense ici en particulier aux activités des chrétiens allemands". Les restrictions à la liberté personnelle, à la liberté d'enseignement et à la liberté de croyance peuvent difficilement être exprimées plus clairement, même si l'évocation de la prise du pouvoir par les nazis et reprise sous le terme "révolution nationale" découle vraisemblablement d'un lissage de la déclaration d'Elser dans ce procès-verbal.
 

La deuxième motivation réside dans le sens subtil qu'à d'Elser de la justice. S'il se voit personnellement traité injustement, il réagit parfois de façon brutale. Sa réaction à l'injustice sociale n'en est pas moins claire. Lors de l'interrogatoire de 1939, il ne mâche pas ses mots : " À mon avis, les conditions de travail des ouvriers (...) se sont détériorées à divers égards. Par exemple, j'ai remarqué que les salaires sont devenus plus bas et les déductions plus élevées. Alors qu'en 1929, je gagnais en moyenne 50 RM (Reichsmark) par semaine à l'usine horlogère de Constance, les déductions pour les impôts, l'assurance maladie, les allocations de chômage et les timbres d'invalidité n'étaient alors que de 5 RM environ. Aujourd'hui, les déductions sont déjà tout aussi élevées avec un revenu hebdomadaire de 25,- RM. Le salaire horaire d'un charpentier s'élevait à un Reichsmark en 1929, aujourd'hui un salaire horaire de seulement 68 Pfg (Pfennig/centime) est payé."
 

Aucune personne apolitique ne parle ainsi. Elser reconnaît clairement l'hypocrisie et le manque de liberté qui prévalent, et il ne veut pas l'accepter. Il se distingue ainsi sans compromis de la "communauté nationale" qui fédéra le national-socialiste. Apparemment, des propos de ce genre devaient encore pouvoir être exprimés dans un cadre villageois dominé par l'entre-soi.
 

Elser présage que la guerre viendra si Hitler reste au pouvoir

Son motif le plus important, cependant, est autre : la prévention de la guerre. En automne 1939, il expliquera à la Gestapo qu'il savait "que l'accord de Munich ne s'arrêtait pas là, que l'Allemagne imposerait d'autres exigences à d'autres pays, en intégrerait d'autres, et donc que la guerre était inévitable". Il en était venu à la conclusion que " les conditions en Allemagne ne pouvaient être changées qu'en éliminant l'actuel pouvoir. Sous le mot pouvoir j'entends les "Obersten" (supérieurs), c'est à dire Hitler, Göring et Goebbels. Par mes réflexions, j'en suis venu à la conviction qu'en éliminant ces trois hommes, d'autres viendraient au gouvernement qui n'imposeraient aucune exigence inacceptable aux pays étrangers, qui ne chercheraient à envahir aucun pays et assureraient une amélioration des conditions sociales de la classe ouvrière. "
 

C'est certainement ce que d'autres pensent également à l'époque. Ce qui distingue Georg Elser, c'est qu'il agit comme il l'a planifié et avec la précision qu'il applique habituellement dans l'exercice de sa profession.
 

Il est parfaitement clair pour lui qu'il ne mettra pas fin à la domination nationale-socialiste par son attaque : "J'étais convaincu que le national-socialisme avait le pouvoir entre ses mains et qu'il ne le rendrait pas. J'étais simplement d'avis que l'élimination des trois hommes indiqués conduirait à une modération des objectifs politiques." Cette déclaration, bien qu'elle ait été faite rétrospectivement, est fort claire, et la plupart des historiens seraient probablement d'accord avec elle aujourd'hui : Une tentative d'assassinat réussie en novembre 1939 n'aurait pas mis un terme brutal au national-socialisme. Un régime national-socialiste sans Hitler aurait cependant été différent.
 

Au fil des décennies, de nombreux propos diffamatoires ont été proférés à l'encontre de l'homme de Königsbronn ; les uns ou les autres résonnent encore aujourd'hui.


Le charpentier Georg Elser était-il un terroriste ? Non, parce que son action était dirigée contre Hitler, un criminel au pouvoir, qui s'appuyait sur une clique d'hommes de pouvoir.
 

Georg Elser était-il un lâche qui s'est enfui après sa tentative d'assassinat ? Non, lorsqu'il a tenté de franchir la frontière, et il avait avec lui des objets qui auraient pu prouver sa culpabilité si un innocent avait été arrêté. Elser a soutenu son crime ; les archives de son interrogatoire par la Gestapo le prouvent de manière impressionnante. D'ailleurs, il se distinguait de la majorité des partisans national-socialistes qui, après 1945, affirmèrent à maintes reprises n'avoir fait que suivre des ordres.
 

Après plus de cinq ans d'isolement complet dans les bâtiments cellulaires des camps de concentration de Sachsenhausen et Dachau, Georg Elser fut abattu sur ordre personnel d'Hitler le 9 avril 1945. Son attaque avait été dirigée contre le régime nazi, qu'il reconnaissait comme un État de non-droit, alors que la société allemande soutint le régime hitlérien, le défendant parfois jusqu'à sa plus amère finalité. Néanmoins, certaines personnes peuvent avoir de nos jours - ou éprouvent encore aujourd'hui - du mal à compter Elser parmi les rares personnes courageuses qui se sont révélées être les vrais patriotes par leurs actions contre le régime nazi. Le fait que le président fédéral Frank-Walter Steinmeier visitera le lieu de naissance d'Elser et le site commémoratif de Königsbronn à l'occasion du 80e anniversaire de cet acte est plus qu'un simple hommage à un homme qui s'est trop longtemps vu refuser cette reconnaissance.

 


* Johannes Tuchel est politologue. Il dirige le Centre commémoratif de la Résistance allemande à Berlin.

 

 

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2019 1 23 /09 /septembre /2019 11:17

 

Cliquer sur le lien ci-après pour parvenir à la pétition :

 

https://communesanspesticides.agirpourlenvironnement.org

 

 

Fondée au début de l'année 1997 dans le but de faire évoluer les responsables politiques et décideurs économiques vers une défense réelle de notre environnement, l'association Agir pour l'Environnement mène inlassablement depuis plus de deux décennies de nombreuses campagnes de mobilisation citoyenne qui, en coordination avec tout un réseau associatif, aident peu à peu notre pays à sortir du productivisme agrochimique et créer une agriculture qui soit enfin respectueuse de la santé des consommateurs.

 

Chacun sait que la bataille qui est livrée depuis des années contre les pesticides n'aura une chance d'aboutir que si nos protestations sont déterminées et massives, puisque ce n'est apparemment pas sur un Didier Guillaume, ministre de l'agriculture et du bien-être animal, que l'on peut compter pour y parvenir, surtout lorsque l'on sait que ce dernier a été aperçu au premier rang du public lors d’une corrida, à Bayonne, le mercredi 14 août 2019.

 

Signons et faisons signer cette pétition citoyenne tout autour de nous !

 

La rédaction d'HENDAYENVIRONNEMENT

 

 

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2019 4 12 /09 /septembre /2019 11:14

Devoir compter et recompter avant d'effectuer la moindre dépense est un des actes les plus courants au sein d'une importante fraction de notre population.

 

 

OBSERVATOIRE DE LA PAUVRETÉ - PRÉCARITÉ

 

  BAROMÈTRE 2019 DE LA PAUVRETÉ EN FRANCE

 

 

Ceci est le nouveau seuil subjectif de pauvreté qui ressort du baromètre 2019 Ipsos / Secours populaire. C’est la plus grande augmentation de cet indicateur en 13 ans d’existence (+75 euros en un an).
 
Découvrez les chiffres de l'enquête : 
 

 

Partager cet article

Repost0
19 août 2019 1 19 /08 /août /2019 20:00

     Manifestation préparatoire des sympathisants du contre-sommet à Biarritz. Photo : G7 EZ !

     Biarritz, ville désertée par ses habitants après son quadrillage par des milliers de policiers.

                                                                  Photo : Sirius

 

G7 EZ ! NON AU G7 !

POUR UN AUTRE MONDE

 

 

Amis-es Lectrices et Lecteurs,

 

 

HENDAYENVIRONNEMENT se fait un devoir et une fierté de relayer le programme des multiples mobilisations, débats et conférences qui se tiendront lors du contre-sommet de Hendaye organisé par près de 200 organisations nationales et internationales en réponse au G7 ultralibéral et policé de Biarritz.

 

Les initiateurs de ce contre-G7 souhaitent, par le biais de leur engagement résolu mais pacifique, démontrer qu'un autre monde est possible et nécessaire et qu'aussi bien la justice sociale que la préservation de notre environnement sont des valeurs indissociables de notre avenir commun sur cette terre.

 

HENDAYENVIRONNEMENT exprime ses vœux de pleine réussite à ce contre-sommet qui démontrera que ce n'est pas en ordonnant de faire fermer la gare d'Hendaye pendant toute la durée du G7 ou en faisant filtrer les voies routières d'accès vers notre ville que l'on brisera la volonté des citoyennes et citoyens de ce monde à faire réellement prendre en compte la nécessité de changements.

 

 

   Accéder ci-dessous à la plateforme Pays basque
https://g7ez.eus/fr/accueil/#pll_switcher


Ainsi qu'à la plateforme nationale
https://alternativesg7.org/

 

Partager cet article

Repost0