Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2020 6 21 /11 /novembre /2020 15:05
UN VACCIN EN PERSPECTIVE ? ... SUIVRE L'ÉVOLUTION QUOTIDIENNE DE LA SECONDE VAGUE DE COVID-19 sous notre rubrique "BRÈVES & NOUVELLES".

    La verbalisation à l'issue d'un contrôle de police se fait à l'appréciation du fonctionnaire.        Photo : AFP

 

 

SOCIÉTÉ/COVID-19

 

UN ABSURDISTAN AUTORITAIRE 

 

 

Déjà irrité par les éditoriaux des influents quotidiens The  New York Times [1] et The Washington Post qui lui reprochent son égo démesuré ainsi que de courtiser les électeurs qui pourraient lui faire défaut en faisant usage par l'intermédiaire de son premier ministre de la rhétorique de l’extrême-droite qui consiste à stigmatiser les politiciens de gauche comme étant des apologistes des islamistes, Manuel Macron vient probablement d'être une nouvelle fois agacé en découvrant un nouvel article publié cette fois par un des grands et fort sérieux hebdomadaires de la presse allemande.

 

C’est sur le sujet de la gestion incohérente et autoritaire faite par notre président de la pandémie de Covid-19 que, sous la plume de la journaliste Annika Joeres, l'hebdomadaire Die Zeit publie un article intitulé « Un Absurdistan autoritaire »[2] (titre qui fait ironiquement allusion à une de ces ex-républiques de l'URSS dont on sait qu'elles sont aujourd'hui dirigées d'une main de fer par des personnages plus ou moins despotiques) et nous plonge dans un monde que l'on pourrait croire utopique tant les forces de police abordent les "citoyens" en ayant à l'esprit le sentiment que ces derniers seraient incapables de parvenir à se soustraire du stade de l'infantilisme.

 

Mais lisons plutôt un extrait de cet article qui se réfère à l'interpellation qui s'est produite dans une de nos stations balnéaires réputées et met en scène des protagonistes qui ne sont pas inconnus des familiers du littoral basque :

 

« Lorsque Betty Bellion-Jourdan est sortie de la mer à Biarritz dans l’ouest de la France il y a quelques jours, quatre policiers l’attendaient : la femme de 93 ans avait le droit de s’asseoir sur la plage pendant cette période de confinement, mais pas celui de nager dans l’eau. Depuis des décennies, la vieille dame nage le crawl tous les jours dans l’Atlantique, même dans le froid hivernal, et soulage ainsi la neuropathie dans ses jambes, une maladie nerveuse. « Aucun spécialiste, aucun massage ne peut me guérir comme la mer le peut », déclare-t-elle. Comme on peut le voir dans une vidéo, un policier lui a simplement répondu : « Selon l’article 46 du règlement 20-10, tous les sports nautiques sont interdits ». Madame Bellion-Jourdan devra donc payer une amende de 135 euros si elle s’approche à nouveau de la mer.

 

La nageuse Betty Bellion-Jourdan détient pourtant un certificat de son médecin, Guillaume Barucq (NDLR qui est également élu d’opposition au sein du Conseil municipal de cette ville) et selon lequel cette personne dépend de la natation pour sa santé. « Personne dans la mer ne risque d’être infecté par la Covid-19, c’est gratuit et c’est bon pour la santé », argumente Barucq. Il recevait de plus en plus de patients dans son cabinet qui étaient déprimés et devenaient de plus en plus faibles physiquement. Tout le monde avait besoin de sport pour renforcer ses défenses, y compris contre le coronavirus. « Dans quel État vivons-nous, où les seniors qui nagent doivent sortir de l’eau sous escorte policière ? » s’interroge le médecin. Entre-temps, le ministre des Sports a clairement indiqué depuis Paris que les personnes atteintes de maladies chroniques peuvent continuer à faire du sport. Mais pour cela, tout le monde, comme Bellion-Jourdan, a besoin d’un nouveau certificat. »

 

La lecture de cet extrait incite à penser que cette journaliste aurait très bien pu résumer sa description de l'ambiance rapportée de notre pays de la façon suivante : J’ai été sidérée par le fait que les Français acceptent en général avec apathie les mesures édictées, même s'il s'avère que ce qu'on leur impose est tout autant ubuesque qu'autoritaire.

 

On voit qu'en ces temps de pouvoir quasi-monarchique plus personne ne parvient à échapper aux tracasseries qui ont cours un peu partout comme l'atteste le témoignage ci-dessous qui fait immanquablement prendre conscience qu’il est devenu hasardeux de nos jours de se rendre sur la voie publique, même si l'on est animé que d'intentions pacifiques.

 

Il faut enfin craindre que dans l'actuel climat d'intimidation des citoyens qui vient s'ajouter au mécontentement d'un grand nombre de ces derniers qui considèrent que la représentativité parlementaire actuelle est foncièrement inéquitable du fait du mode de scrutin majoritaire en place, un vote favorable à loi dite de "sécurité globale" [3][4] en débat à l'Assemblée nationale viendrait encore plus accentuer la défiance des électeurs envers les élus, puisque les § 22 & 24 de cette proposition de loi contiennent des éléments à caractères manifestement liberticides qui ne cherchent qu'à restreindre nos libertés fondamentales.

 

La rédaction d’HENDAYENVIRONNEMENT

 

 

[1]  https://www.nytimes.com/2020/10/29/world/europe/nice-attack-france.html?searchResultPosition=4

 

[2]  https://www.zeit.de/politik/ausland/2020-11/corona-regeln-frankreich-lockdown-polizei-quarantaene-attest-joggen-sport?utm_referrer=https%3A%2F%2Fwww.qwant.com%2F

 

[3]  https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/11/17/quelles-sont-les-principales-mesures-de-la-loi-de-securite-globale-examinee-a-l-assemblee_6060063_1653578.html

 

 [4]  https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2020/11/20/nous-n-accrediterons-pas-nos-journalistes-pour-couvrir-les-manifestations_6060521_3236.html

 

 

Témoignage

 

Confinement : j'ai été condamné parce que je ne portais pas de jogging

 
Contrôlé le 22 mars par la police, j'ai été jugé et condamné pour déplacement interdit pendant le confinement, sans que je ne le sache. Le motif semble être… ma tenue vestimentaire, pas assez sportive au goût des fonctionnaires.
                               Par Étienne Girard, rédacteur en chef société-enquêtes à
                               

 

Lire son témoignage : https://www.marianne.net/societe/police-et-justice/confinement-jai-ete-condamne-parce-que-je-ne-portais-pas-de-jogging

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires