Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 19:38

Robot marin sur le point d'être immergé pour rechercher des nodules polymétalliques présents sur les fonds océaniques.

L'industrie électronique est un domaine d'activité économique qui fait énormément appel à l'utilisation des terres rares lourdes desquelles sont extraits les métaux rares, particulièrement utilisés dans les applications de haute technologie civile et militaire. La multiplication constante de la production d'appareils et dispositifs dotés d'électronique sophistiquée confère à ces métaux un statut d'autant plus prisé, que l'on assiste à une raréfaction galopante de ces derniers sur l'ensemble des continents, y compris l'asiatique, où la Chine est détentrice d'environ 95% de la production mondiale actuelle, ce qui a contraint ce pays à considérablement réduire ses exportations en la matière.

 

De ce constat est née, dans les pays occidentaux, l'idée de chercher d'autres sources d'approvisionnement indépendantes et fiables, et qui parviendraient à assurer la pérennité du secteur électronique, aujourd'hui considéré comme primordial pour tout pays prétendant vouloir jouer un rôle industriel et technologique majeur.

 

Or, à l'image de ce que nous avons déjà connu dans le domaine des énergies fossiles où la fin programmée du pétrole a incité les compagnies pétrolières à pratiquer la fracturation hydro-chimique des roches marneuses pour en soutirer ce combustible qui y est confiné, le problème de la raréfaction des métaux rares pousse à leur tour les sociétés minières à prospecter les fonds océaniques à la recherche de ces métaux précieux qui font défaut sur la partie émergée de nos continents, tout ceci se pratiquant aux dépends de la sauvegarde environnementale ainsi que de la préservation sanitaire des habitants de la planète.

 

L'extraction de ces métaux rares à partir des fonds marins, qui sont considérés comme étant l'un des derniers sanctuaires du patrimoine naturel mondial, soulève une totale incompréhension au sein de la communauté scientifique internationale, et les biologistes anticipent déjà un saccage environnemental d'une ampleur supérieure à la fracturation hydro-chimique.des roches marneuses et l'exploitation à ciel ouvert des sables bitumeux. 

 

L'excellent site québécois " Baleine en direct ", spécialisé dans l'étude et la défense des cétacés, mais qui n'oublie par ailleurs jamais de s'engager sur la préservation de la faune et de la flore marines, nous révèle dans un percutant article les inquiétudes qui envahissent la communauté scientifique, révoltée de constater à quel point les législateurs de ce monde se montrent incapables de tirer les leçons d'erreurs environnementales monumentales commises dans le passé.

 

La Rédaction d' HENDAYENVIRONNEMENT

 

 

 

L'article de " Baleines en direct " réfutant l'exploitation minière des fonds océaniques :http://baleinesendirect.org/mines-sous-marines/?utm_source=Baleines+en+direct&utm_campaign=bd10569484-EMAIL_CAMPAIGN_2017_10_12&utm_medium=email&utm_term=0_7b025cfcf9-bd10569484-73096537

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires