Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 08:40

 

SOCIÉTÉ 

Credit-1.jpg

                         La multiplication des cartes de crédit désoriente toujours plus de consommateurs.   

                                                                       Photo Flémal

 

 

 

Selon le magazine Que Choisir d'avril 2012, édité par l'UFC (association de défense des consommateurs) il y aurait toujours des abus dans la grande distribution en ce qui concerne l'octroi de crédits à la consommation. Après avoir mené une enquête sur l’application de la loi Lagarde dans la distribution de crédits sur les lieux de vente, l’UFC dévoile que les mauvaises habitudes sont malheureusement toujours là, à savoir : 

  • Orientation quasi-systématique des consommateurs vers le crédit renouvelable

  • Non vérification de la solvabilité des demandeurs

  • manque d’informations objectives et transparentes sur les offres proposées

Cette enquête révèle en particulier que :

  • 8 fois sur 10, le crédit renouvelable est proposé sur les points de vente sans autre choix. Appelé encore Crédit revolving, il est particulièrement critiqué pour être responsable de nombreux cas de surendettements.

  • Ce crédit renouvelable n'est 2 fois sur 3 pas désigné comme tel et présenté comme une « réserve d’argent » ou un « panier ». Il est octroyé sans préciser pas le montant des intérêts qu'il engendre, les frais de dossier, les possibilités de remboursement anticipé ou encore le délai de rétraction.

  • Par ailleurs, les crédits gratuits (proposés dans 52% des cas), et les crédits amortissables (48%) sont souvent assortis de l’obligation de souscrire une carte de fidélité du magasin qui, dans 3 cas sur 4, ouvre directement l'accès à un crédit renouvelable.

  • Les sites Internet des organismes de crédit dissimuleraient les offres amortissables pour les crédits inférieurs à 3.000 ou 3.500 euros, en bas de page des contrats, en petits caractères ou sous des liens discrets.

Ces organismes ne respectent la loi sur crédit à la consommation promulguée en juillet 2010 et qui oblige pourtant les distributeurs de crédits à offrir systématiquement le choix, pour les prêts supérieurs ou égaux à 1.000 euros, entre un crédit renouvelable et un crédit amortissable.  

 

Credit-2.jpg

                             De plus en plus de personnes s'endettent aussi pour se soigner                             

Photo : Flémal

 

L’association a donc conséquemment déposé une plainte auprès du Tribunal de grande instance de Paris contre cinq établissements de crédit (Sofinco, Financo, Cetelem, Cofidis et Cofinoga) pour « défaut d’offre alternative ».

 

UFC-Que Choisir a également écrit au Ministère de l’économie et aux parlementaires, pour leur demander de durcir le cadre de la distribution de crédit sur le lieu de vente en y interdisant les crédits renouvelables ainsi que le démarchage. UFC-Que Choisir a enfin transmis les résultats de son étude à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) *

 

* Voir à ce sujet quelques éléments dévoilés le 24/09/2012 avec beaucoup de parcimonie par la DGCCRF suite à l'établissement du premier bilan de la réforme de 2010 du crédit à la consommation : http://www.economie.gouv.fr/files/directions_services/dgccrf/presse/communique/2012/cp_reform_credit_conso120924.pdf

 


Partager cet article
Repost0

commentaires