Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 12:33

 

 

SOCIÉTÉ

         Armut.jpg

                                    Une image qui saute partout au yeux dans l'Allemagne d'aujourd'hui

 

 

C'est sous ce titre (1) tout autant interrogatif que prémonitoire que l'hebdomadaire allemand DIE ZEIT analyse dans son N° 2 de janvier 2013 le message de vœux du président de la République à la nation française. Profitant de cette circonstance, il nous remémore le nom d'un chancelier social-démocrate qui aura été en son temps l'artisan d'un retour à la compétitivité des entreprises de son pays, mais qui contraignit en contrepartie plus de 12 millions de ses concitoyens/nes à devoir se contenter de vivre sous le seuil de pauvreté du fait des changements draconiens qu'il opéra dans la réglementation du travail et la législation sociale. (2)

 

Connu pour ses positions libérales, l'hebdomadaire DIE ZEIT argumente que le droit du travail et la législation sociale doivent désormais être harmonisés dans le sens restrictif déjà suivi par l'Allemagne si l'on veut éviter une mise en danger de l'euro et une dislocation des institutions européennes que pourrait engendrer l'approfondissement actuel du fossé économique entre les membres de l'UE. C'est donc pour cette raison qu'il sous-titre son article en affirmant qu' "Hollande doit devenir un réformateur", incantation qu'il prend toutefois soin de tempérer d'un certain réalisme en reconnaissant que "cela sera difficile".

 

L'économie d'outre-Rhin s'essouffle depuis déjà plusieurs mois du fait d'un fort recul des exportations de ce pays vers l'ensemble de ceux de l'UE. Nos partenaires allemands s'impatientent donc de voir leurs biens d'équipements industriels prendre le relais d'une consommation atone des ménages européens. Ils redoutent par ailleurs que l'actuel marasme des économies du continent vienne provoquer un décrochage de la parité de l'euro par rapport au dollar, ce qui porterait alors un coup vraisemblablement sévère à leur économie qui a cumulé un  surplus commercial de 169 milliards d'euros en 2012 et est, avec la néerlandaise, la seule à tirer véritablement parti du haut niveau de la monnaie commune européenne. (3)

 

L' asymétrie des balances commerciales au sein de la zone euro a été récemment montrée du doigt par diverses institutions économiques et financières internationales. L'Allemagne, en menant dès les années 2000 une compression des coûts du travail sans concertation avec ses partenaires, a conduit à l'accentuation des maux économiques de ses voisins. Ainsi constate-t-on que le démontage social et salarial unilatéralement mené au début du nouveau millénaire par l'ancien chancelier social-démocrate Gerhard Schröder (1998-2005), a non seulement uniquement profité à l'économie allemande, mais aura aussi crée de profondes distorsions économiques avec le reste de l'UE.

 

On s'aperçoit, en ce jour commémoratif du 50ème anniversaire de la signature du Traité de l'Elysée qui mena l'Europe de l'état de décombres à celui d'un continent pacifié et coopératif, que l'état d'esprit qui prévalait en ce 22 janvier 1963 semble désormais fort éloigné des préoccupations présentes du monde politique et économique. Le magazine DIE ZEIT illustre à sa façon ce manque de cohésion en concluant son article d'un point de vue consternant lorsqu'il affirme: que le président Hollande "ne serait pas le premier social-démocrate d'Europe centrale à irriter ses camarades" s'il décidait à son tour à se lancer dans un bradage social et salarial. 

 

La Rédaction d'HENDAYENVIRONNEMENT 

 

 

Énumération des principales réformes qui ont été mises en place sous la gouvernance du chancelier Schröder  :


  • Report de l'âge de départ à la retraite de 65 à 67 ans, avec planification progressive des départs jusqu'à 70 ans afin de répondre aux demandes pressantes du monde économique (4),

  • Diminution de la durée d'indemnisation du chômage de 32 à 12 mois,

  • Réduction étagée des prestations pour chômeurs arrivés en fin de droits. L'équivalent allemand du RSA (Hartz IV) (5) est au 01.01.2013 de 382 euros/mois pour une personne majeure vivant seule,

  • Réduction massive des prestations de la sécurité sociale, ce qui a permis de dégager un excédent de fonctionnement de 12 milliards d'euros sur l'année 2012 et créer ainsi une nouvelle source de financement budgétaire étatique,

  • Réduction des dépenses publiques de 49,3 à 45,6 % du PIB en 10 ans,

  • Institution de "jobs à 1 euro/heure", sortes d'emplois d'insertion imposés qui sont destinés aux chômeurs de longue durée qui perçoivent parallèlement à cela leurs indemnités de RSA,

  • Propagation massive des "mini-jobs", bien souvent rémunérés à moins de 8 euros/h pour un maximum de 15 heures hebdomadaires (ou 400 euros/mois) et dégrèvement conséquent des charges patronales attenantes,

  • Dérégulation sociale quasi généralisée dans les métiers de bouche et l'hôtellerie avec 75% des jobs qui sont désormais précaires,

  • Désindexation des retraites et pensions par rapport à l'inflation.

               Hartz IV 2                                          Manifestation contre la loi Hartz IV en Allemagne. Photo DPA

 

Principaux changements qui en résultèrent :


  • 10% des ménages les plus aisés se répartissent désormais 53% de la richesse privée allemande,

  • Les travailleurs pauvres représentent aujourd'hui 22% de la population active,

  • La population vivant sous le seuil de pauvreté (moins de 952,10 euros/mois) atteint actuellement un taux de 15,9%, contre 13,8% en France.

  • On assiste à une mise à l'écart des retraités qui souffrent de la désindexation de leurs   revenus par rapport à l'inflation.

  • Les besoins mensuels vitaux des populations arrivées en fin de droits chômage ont été administrativement établis (au dernier pointage publié) selon le tableau ci-après :

Postes

Répartition des besoins mensuels vitaux

Répartition  

   % 

   1

Alimentaires et boissons non-alcoolisées

128,46 Euro

35,50%

   2

Boissons alcoolisées, tabac et drogues

    0,00 Euro

  0,00%

   3

Vêtements et chaussures

  30,40 Euro

  8,40%

   4

Habitat, énergies et réparations

  30,24 Euro

  8,36%

   5

Aménagement, équipement ménager

  27,41 Euro

  7,58%

   6

Soins de santé

  15,55 Euro

  4,30%

   7

Transports

  22,78 Euro

  6,30%

   8

Information

  31,96 Euro

  8,83%

   9

Temps libre, distraction, Culture

  39,96 Euro

11,04%

  10

Éducation

    1,39 Euro

  0,38%

  11

Hébergement et gastronomie

    7,16 Euro

  1,98%

  12

Autres objets et services

  26,50 Euro

  7,32%

 

                                                       Somme = 

361,81 Euro

    *(6)

* L'allocation a été depuis portée à 382 €/mois suite à un jugement rendu par le tribunal constitutionnel fédéral de Karlsruhe qui a été saisi par de très nombreux allocataires plaignants.

 

 

(1) Lire le texte original : http://www.zeit.de/2013/02/Frankreich-Hollande-Reformen 

Le titre original de l'article "Der Schröder von Paris" semble être un jeu de mots faisant appel à l'histoire de Charles-Henri Sanson (1739-1806), popularisé par Alexandre Dumas sous l'appellation "Le bourreau de Paris" (Der Henker von Paris) pour avoir décapité le roi Louis XVI ainsi que différents révolutionnaires comme Danton ou Robespierre et qui fut le quatrième bourreau issu d'une dynastie familiale d'exécuteurs officiels. Charles-Henri Sanson avait pour ami un dénommé Tobias Schmidt, fabricant allemand d'instruments de musique, qui allait par la suite construire la guillotine de Sanson, d'où la notoriété de ce dernier personnage en Allemagne.

(2) Voir notre article "L'Allemagne s'enfonce dans les inégalités et la pauvreté" sous la rubrique "Société & solidarité".

(3) Voir notre article "Le mythe de la concurrence libre et non faussée" sous la rubrique "Société & solidarité".

(4) Tout un chacun est en Allemagne parfaitement conscient que cette mesure de nouveau report d'âge n'a absolument aucun sens, hormis celui de permettre de délester le patronat du fardeau financier lié au paiement des cotisations sociales.

(5) Brève chronologie des Lois Hartz I à IV: http://www.lagazettedeberlin.de/5906.html

(6) Source : http://www.sozialleistungen.info/hartz-iv-4-alg-ii-2/alg-ii-leistungen.html


Partager cet article
Repost0

commentaires