Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 10:45

 
 SOCIÉTÉ

1Hch1WahreJac

                                     Caricature allemande de 1905 représentant Hugo Stinnes et August Thyssen

                                                                    capitaines d'industrie allemands. (1)

 

L'EURO FORT CREUSE LES DISPARITÉS ÉCONOMIQUES EUROPÉENNES

 

Le temps où les échanges économiques au sein de la Zone euro semblaient être mus par la réciprocité des intérêts des divers pays membres est désormais révolu. Pour preuve, les différences croissantes constatées dans le fonctionnement des économies qui mènent à la constitution d'une Europe prospère d'un côté, désindustrialisée et appauvrie de l'autre. Nous avons à ce sujet déjà tenté d'expliquer une partie de ces dysfonctionnements dans un premier article publié il y a peu (2). Voyons aujourd'hui le rôle sous-jacent que joue le taux de change de la monaie unique, actuellement très manifestement surévalué, dans l'approfondissement des disparités économiques constatées dans la zone d'application de l'euro. 

 

 

LA DÉSINDUSTRIALISATION DU SUD DE L'UE EST ESSENTIELLEMENT ACTIVÉE PAR L'ALLEMAGNE

L'Allemagne engrange depuis plus d'une quinzaine années des excédents commerciaux qui sont énormes, puisqu'ils atteignent une moyenne mensuelle de plus de 14 milliards d'euros. Ceux-ci sont essentiellement réalisés avec la Zone euro, grâce à l'endettement généralisé des pays qui constituent cette zone. La Grèce, petit pays pourtant le plus économiquement mal loti d'entre eux, fait également partie de ceux qui concourent à l'enrichissement allemand en important de grandes quantités de biens de consommation, mais aussi de l'armement (3).

 

Les bénéfices réalisés par les grosses entreprises allemandes, mais également par nombre de PME qui ont un dynamisme et une force exportatrice inconnus ailleurs, sont malheureusement presque tous réinvestis dans les pays de l'ancien "bloc soviétique" situés aux frontières orientales de l'UE, et non pas dans ceux où ces profits ont été réalisés. Ce phénomène entraîne un transfert du centre de gravité économique de l'UE vers l'est de notre continent, plaçant ainsi l'Allemagne dans une position centrale dominante, ce qui accentue la désindustrialisation des pays situés en façades atlantique et méditerranéenne de l'Union, et contribue aussi à la montée inexorable du chômage dans ces régions.

 

L'AXE FRANCO-ALLEMAND ET L'EURO FORT SONT CO-RESPONSABLES DES PROBLÈMES

La France porte une part de responsabilité indéniable dans le processus ci-dessus décrit. Elle a orienté sa politique économique sur le seul axe franco-allemand, et créé ainsi une sorte de condominium aux comportements souvent arrogants vis-à-vis des autres membres. Cet axe n'aura toutefois profité qu'aux Allemands, seuls à avoir été capables de tirer économiquement parti de cette alliance, ainsi qu'on a pu le constater avec la dégradation économique et sociale de notre pays depuis la fin de l'ère Mitterrand qui fut le véritable point de départ de l'entente décisionnelle entre Paris et Berlin.

 

L'emprise économique allemande sur l'Europe aura par ailleurs été favorisée par une politique de l'euro fort, intangiblement souhaitée et imposée par nos voisins d'outre-Rhin. Cet euro, fortement surévalué par rapport aux autres monnaies de changes des grandes économies internationales, n'apporte en fait des avantages qu'à l'Allemagne, du fait que ce pays est une nation exportatrice qui demeure quasiment insensible au facteur coût des biens qu'elle produits, partant du principe que ces derniers jouissent d'un fort prestige auprès des consommateurs internationaux aisés, pour qui le prix n'est qu'un facteur de choix secondaire. Cette particularité de l'économie allemande permet d'assurer des marges bénéficiaires appréciables à ses exportateurs, ce qui a dernièrement fait dire à Louis Gallois, que "l'euro fort renforce les forts et affaibli les faibles, accroît donc les divergences des économies européennes". (4)

 

C'est en partant de cette constatation que l'on comprend par exemple mieux pourquoi les constructeurs allemands arrivent à inonder le marché automobile européen de leurs gros mais aussi petits véhicules, tout en réalisant sur ces ventes des marges de profits inégalables, alors que leurs homologues français ont, de leur côté, les plus grandes peines du monde à soutirer le moindre bénéfice des véhicules qu'ils produisent. (5)

 

LE REFLUX DES ÉCHANGES INTRACOMMUNAUTAIRES TOURNE À LA CONTREVERSE 

Les quinze dernières années d'expansion fulgurante de l'économie allemande ne pouvaient, compte tenu du déséquilibre massif et persistant des échanges réalisés avec l'Allemagne, se poursuivre ainsi indéfiniment. L'enchaînement des défauts de paiements et difficultés économiques successives rencontrés par les nations "clientes" viennent désormais sonner le glas du modèle économique rhénan bassé uniquement sur l'exportation. Ce modèle ne répond nullement aux normes du "libre échange" qui impliquent un nécessaire équilibre des échanges commerciaux sans lequel le système ne peut durablement fonctionner. Le modèle économique allemand dévoile ainsi ses limites et, la crise faisant, pose également le problème de l'inconscience de nos voisins d'outre-Rhin pourtant habituellement si pragmatiques.

 

Ce dernier point soulève actuellement toute une série de controverses franco-allemandes sur la façon dont une économie doit être gérée, divergences sur lesquelles nous reviendrons bientôt. (6)   

 

La Rédaction d'HENDAYENVIRONNEMENT

 

(1) Couverture de l'hebdomadiare satirique social-démocrate "Der Wahre Jacob" qui sera interdit par les nazis dès 1933.

(2)  Voir notre article "Remous franco-allemands" sous la rubrique "Société & Solidarité".

(3)             d°            "Tragédie financière grecque" sous la rubrique "Société & Solidarité".

(4)  Louis Gallois, Bibliothèque Médicis, sur LCP le 30/11/2012

(5)  Voir notre article "Le mythe de la concurrence libre et non faussée" sous la rubrique "Société &Solidarité".  

(6)              "                   "Remous franco-allemands (suite)"                   "                     "

       

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires