Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 16:23

 

Frankreich Gefangene Tirailleurs 1940 01 (RaBoe)

Prisonniers de guerre coloniaux des camps d'internement créés à partir de novembre1940 en zone occupée par les Allemands.

 

 

                                APPEL À TÉMOINS 

 

80 000 soldats provenant de l'empire colonial français (Maghreb, Afrique noire, Indochine, Antilles, Madagascar ...) avaient été mobilisés pour défendre la France lors du déclenchement du second conflit mondial.                                                                                                                                                                      

Nombre d'entre eux sont morts dans les combats ou ont alors été faits prisonniers après la débâcle et furent internés, à partir de novembre 1940, dans des camps érigés pour le compte de l'occupant allemand. Ces camps, baptisés Front-Stalags (camps de base du front) étaient disséminés sur l'ensemble de la zone occupée. L'un d'eux se trouvait sur le domaine municipal du polo de Beyris à Bayonne.        

   

Ce camp bayonnais se dénommait le Front-Stalag 222, puis fut par la suite rebaptisé Dulag 222 (contraction du mot Durchgangslager = camp de transit). Le nombre de prisonniers de guerre coloniaux était tel que, pour désengorger le camp, l'occupant créa alors des camps annexes, tel celui qui exista à Hendaye.

 

Peu d'éléments existent sur ce camp hendayais. Si vous souhaitez et/ou pouvez apporter votre concours à la production de témoignages ou de documents retraçant l'existence de ce camp qui se situait sur notre commune, contactez-nous en utilisant l'adresse mail que vous trouverez sous la rubrique "Contact" ci-contre.

 

Grand spécialiste des camps érigés par l'occupant et le Régime de Vichy, l'historien allemand Peter Gaida, rapporte la façon dont ses recherches liées à la rédation de son ouvrage "Der Atlantikwall in Aquitanien"(1) se sont effectuées : "... ce travail a rencontré de nombreuses difficultés et réticences. Les problèmes d'accès à certains dossiers sont peut-être révélateurs de la manière dont la Francce traite les "années noires" : malgré une discussion explicative avec la direction, quelques documents d'archives restaient inaccessibles, dans certaines archives, le camp des "espagnols rouges" à Souge reste inconnu : il paraît que la fixation sur la mémoire de la résistance superpose une mémoire de la collaboration avec l'ennemi. En fin de compte, il convient de constater que le refoulement collectif d'un passé peu glorieux, appelé par Henry Rousso (2) le "syndrome de Vichy", a en fin de compte fixé les limites de cette recherche." (3)

 

Merci d'avance de bien vouloir apporter - si vous le pouvez - une contribution à la constitution d'un fonds documentaire sur cette annexe du camp d'Hendaye.

 

La Rédaction d'HENDAYENVIRONNEMENT

 

 

(1)  Traduction : "Le Mur de l'Atlantique en Aquitaine". Peter Gaida est par ailleurs l'auteur des     ouvrages ci-après :

     - Camps de travail sous Vichy

     - L'Oranisation Tod en France

     - Les campos de travail en Aquitane 1940-1944

     - Les camps de Vichy en Afrique française du Nord

 

(2)  Historien français né en 1954 au Caire, spécialiste du XXe siècle, et notamment de la Seconde Guerre   mondiale.

 

(3)   http://www.petergaida.de/Atlantikwall/francais/bilan.htm

 

PRISONNIERS DE GUERRE COLONIAUX DU CAMP D'HENDAYE

Destinés à être internés dans les Front-Stalags ouverts en France, les prisonniers de guerre coloniaux furent une main-d'oeuvre abondante et gratuite pour les troupes d'occupation nazies. Photo : RFI

 

 

 

 

Mais revenons sur les recherches* menées par Peter Gaida pour mieux comprendre la façon dont ces prisonniers de guerre coloniaux étaient utilisés : 

 

" Dans les zones frontalières avec l'Espagne, les forces de travail pour la pêche, l'agriculture ainsi que le fonctionnement communal faisaient défaut. Le sous-préfet de Bayonne demanda alors à la Feldkommandantur (instance territoriale administrative allemande) de laisser à sa disposition suffisamment de personnel afin de garantir le nettoiement des hôtels et villas occupés par la Wehrmacht. Le maire d'Hendaye insista quant à lui pour que les écoliers soient déchargés de certaines tâches afin qu'ils puissent au moins se préparer aux examens à venir.

La main-d'œuvre dédiée à la construction du Mur de l'Atlantique paralysait la vie économique de toute une région. Pour atteindre l'objectif de construction fixé, des prisonniers de guerre africains furent également engagés, bien que la Convention de Genève interdisait leur utilisation "dans un cadre à finalité militaire". On constata dès le début de l'occupation, que des troupes coloniales travaillèrent à construire un immense terre-plein devant Bayonne,  et que des prisonniers de guerre venus de toute la région furent utilisés pour la construction d'une route côtière.

 

Selon des sources allemandes, ce sont jusqu'à 20.000 noirs et autres "coloniaux", venus d'Afrique du Nord, qui travaillèrent pour le compte des troupes d'occupation sur le mur de l'Atlantique. Leurs conditions de vie et de traitement n'ont jamais été élucidées du fait de l'absence de d'archives. Ils sont les oubliés de l'Histoire."

 

* Extrait de l'ouvrage "Le Mur de l'Atlantique en Aquitaine - Constructeurs et travailleurs forcés enrôlés au service d'Hitler" de Peter Gaida, page 121. Université de Brême 2000. Traduction : Sirius .

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires