Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 18:33

   Chaîne humaine du collectif anti-TAFTA samedi prochain 11 octobre 2014 à Biarritz.

CHAÎNE HUMAIN DU COLLECTIF ANTI-TAFTA À BIARRITZ

Le collectif STOPTAFTA Pays basque vous invite également à une conférence, suivie d'un débat:


LE GRAND MARCHE TRANSATLANTIQUE

 par FRÉDÉRIC VIALE membre du Conseil scientifique d'Attac France

           

le 10 octobre 2014 20h30
MAISON POUR TOUS

 6 rue Albert le Barillier - ANGLET

 

 

         Voir également à ce sujet notre article "DÉRIVE TRANSATLANTIQUE"

                                    sous la rubrique "RELATIONS EUROPÉENNES".

         http://hendaye.environnement.over-blog.fr/article-xx-118518950.html

 

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 18:12
ONU : SOMMET MONDIAL SUR LE CLIMAT

L'eau se fait rare en de très nombreux endroits de notre planète à cause des sécheresses récurrentes qui résultent du changement climatique.

Photo : ONU

 

 

SIÈGE DE L'ONU - NEW YORK, 23 SEPTEMBRE 2014

 

Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Ban Ki-moon, a invité les dirigeants mondiaux – représentants des gouvernements, du monde de la finance, des entreprises et de la société civile – au Sommet sur le climat qui se tiendra le 23 septembre prochain, pour donner un nouvel élan à la lutte contre les changements climatiques. Il leur a demandé d’y annoncer des mesures audacieuses visant à réduire les émissions, à renforcer la résistance aux changements climatiques et à mobiliser les volontés politiques en vue de parvenir à un accord juridique significatif.

 

 

Changement climatique:

les météorologues se préparent au pire.

 

Turbulences aériennes accrues, épisodes polaires et caniculaires toujours plus extrêmes, vagues géantes dans les océans: les spécialistes mondiaux du climat ont brossé un tableau apocalyptique de la météo des prochaines décennies lors d'un congrès international qui s'est conclu jeudi à Montréal.

 

À l'initiative de l'Organisation météorologique mondiale, agence des Nations unies, un millier de scientifiques ont débattu autour du thème, "la météo, quel avenir ?" à l'occasion de cette première conférence mondiale sur la météorologie. 

 

Près de 10 ans après l'entrée en vigueur du Protocole de Kyoto qui visait à réduire les émissions de gaz à effet de serre, la question n'est plus d'établir si le réchauffement de la Terre va avoir lieu.

 

"C'est irréversible et la population mondiale continue d'augmenter, il faut que l'on s'adapte", observe Jennifer Vanos, de l'Université Texas Tech.

 

La première décennie du XXIe siècle a vu la température moyenne de la surface de la planète augmenter de 0,47 degré celsius. Or, une hausse de 1 degré génère 7% plus de vapeur d'eau dans l'atmosphère, et comme l'évaporation est le moteur de la circulation des flux dans l'atmosphère, une accélération des phénomènes météorologiques est à prévoir.

 

D'autant que les scénarios retenus par la communauté scientifique privilégient une hausse de 2 degrés de la température moyenne à la surface de la Terre d'ici 2050.

 

"Les nuages vont se former plus facilement, plus rapidement et les pluies vont être plus fortes", engendrant notamment davantage d'inondations soudaines, note Simon Wang, de l'Université Utah State.

 

D'une manière générale, relève ce chercheur américain, la hausse des températures va avoir "un effet d'amplification sur le climat tel qu'on le connaît actuellement".

 

Les épisodes de grand froid, tel le vortex polaire qui s'est abattu cet hiver sur une grande partie de l'Amérique du nord, seront plus marqués, plus extrêmes, tout comme les vagues de chaleur et les périodes de sécheresse, ajoute-t-il.

 

Le défi pour les météorologues est donc désormais d'inclure la "force additionnelle" créée par le réchauffement climatique dans des modèles de prévision toujours plus complexes, explique M. Wang.

 

  • Superordinateurs recherchés -

 

Pour ce faire, les météorologues des prochaines décennies auront besoin d'ordinateurs surpuissants, actuellement extrêmement peu nombreux.

 

Météorologue à l'Université britannique de Reading, Paul Williams a par exemple dû recourir au superordinateur de l'Université américaine de Princeton, l'un des plus puissants au monde, pour étudier les impacts du réchauffement climatique sur les jetstreams, ces courants d'airs rapides situés à une dizaine de kilomètres d'altitude, où les avions de ligne évoluent.

 

Après des semaines de calculs, son verdict est sans appel: "Le changement climatique donne plus de force à ces courants. (...) D'ici 2050, vous passerez deux fois plus de temps en vol dans des turbulences."

 

Tout en notant qu'actuellement, en moyenne, seulement 1% du temps de vol des avions commerciaux subit des turbulences, M. Williams souligne que si la concentration de dioxyde de carbone augmente de façon exponentielle dans les prochaines années, "on ne sait pas comment les avions vont réagir" à ces masses d'air très agitées.

 

Et pas question de se rabattre sur le transport maritime pour voyager en toute quiétude: il faut en effet s'attendre à des vagues monstrueuses sur les océans. "Les compagnies de transport maritime rencontrent toujours plus de vagues énormes", dont certaines font 40 mètres de hauteur alors qu'auparavant 20 mètres était exceptionnel, dit Simon Wang, de l'Université Utah State.

 

"Ce n'est que le début du changement climatique, car les océans auront beaucoup plus d'impact en libérant davantage de chaleur et davantage de vapeur", avertit-il.

 

D'autant que l'épaisse calotte glaciaire du Groenland a commencé à fondre et pourrait à terme --"pas avant le siècle prochain"-- engendrer une hausse de six mètres du niveau des océans, rappelle Eric Brun, chercheur chez Météo-France et auteur d'une récente étude sur le sujet.

 

Face à tant de bouleversements, Jennifer Vanos, biométéorologue à l'Université Texas Tech, estime qu'il y a urgence à modifier l'urbanisme des villes et les modes de vie en fonction de cette nouvelle réalité, afin de tenter de protéger les populations.

 

Source : AFP 21-08-2014 – 10:22

 

Pour en savoir plus :

http://www.un.org/climatechange/summit/fr/a-propos/http://

 

Signer une des pétitions citoyennes en circulation :

https://secure.avaaz.org/fr/100_clean_final/?pv=198&rc=fb 

 

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 09:36

 

TRANSPORTS FERROVIAIRES

TOUS PARLENT D'EUROPE - NOUS AUSSI !

Le train de nuit Paris-Berlin qui risque dêtre supprimé au profit des lobbies de l'automobile et de l'aviation civile. 

 

 

Initiative et photos

Thomas Thieu - Berlin

 

 

Ébauche d’une initiative

« Sauvez les trains-autos et les trains de nuit »

Pour le développement des liaisons ferroviaires transeuropéennes

                                                   

 

Nous présentons ci-après les éléments d’une campagne visant à sauver les trains de nuit, les trains-autos et à développer des liaisons ferroviaires optimales à travers l’Europe. Ils résultent de discussions menées lors de la réunion du groupe d’experts du secteur ferroviaire « Bürgerbahn statt Börsenbahn » (« Train citoyen plutôt que train boursier »), le 5 juillet 2014 à Fulda (Allemagne), de plusieurs discussions avec des délégués du personnel de DB ERS (DB European Railservice), notamment à Hambourg et Dortmund, et dans le cadre de l’association « Bahn für Alle » (« Train pour tous »), fin juillet et début août 2014.

 

1

 

À l’origine de ce projet, il y a la suppression rampante, depuis longtemps, des transports de nuit sur le réseau ferroviaire allemand et européen et les décisions récentes – rendues publiques ou internes à la Deutsche Bahn et dont nous avons eu connaissance – qui aboutiront à la disparition presque complète des trains de nuit en Allemagne, et pour une large partie en Europe, puisqu’il s’agit de trains de nuit internationaux. Les coupes sombres déjà opérées par la Deutsche Bahn dans le domaine des trains-autos constituent un aspect particulier de cette question, qui s’accompagne aussi du démantèlement continu des liaisons ferroviaires européennes classiques.

 

2

 

Cette évolution est contre-productive à trois points de vue.

 

Premièrement, elle est contraire aux objectifs de la protection du climat et d’une politique durable des transports. La politique des transports officielle menée au niveau fédéral (allemand) et au niveau de l’UE reconnaît au rail son statut de mode de transport le plus durable parmi tous les modes de transport motorisé. Partout, on affirme que le transport ferroviaire doit être renforcé. Mais c’est le contraire qui se passe, et de manière particulièrement flagrante dans le domaine des trains de nuit et des liaisons ferroviaires intraeuropéennes.

 

Deuxièmement, ce démantèlement est en contradiction évidente avec l’objectif officiellement déclaré de l’UE et de ses États membres de contribuer à « l’intégration de l’Europe » au moyen d’un réseau dense de liaisons et de flux de transports. En réalité, on assiste de plus en plus, dans le secteur du rail, à un fractionnement de l’Europe.

 

Troisièmement, cette politique de coupes sombres s’oppose à l’objectif de contribuer à un assainissement des sociétés de chemin de fer à l’échelon européen. Elle menace d’éliminer une composante essentielle du transport ferroviaire : depuis pas moins de 150 ans, les trains de nuit caractérisent en effet le transport ferroviaire et en sont même devenus un trait distinctif, qui en a forgé l’identité. Il suffit de rappeler les légendes qui ont pris naissance autour des grands trains transeuropéens en général, et des trains de nuit en particulier (« Orient-Express », « Flèche d’Or »), et que l’on retrouve dans la littérature (« Train de nuit pour Lisbonne »). Les coupes opérées dans ce secteur sont hostiles aux voyageurs et néfastes sur le plan commercial.

 

Nombre de trains de nuit ont déjà disparu. Non seulement en Allemagne, mais également partout en France et en Europe. Signons la pétition ci-après qui s'oppose à la fermeture programmée de ce train fort emblématique des grandes liaisons ferroviaires du passé, puisqu'il poursuivait jadis sa course même jusqu'à Moscou.

 

Pétition :

 

https://www.change.org/p/dr-r%C3%BCdiger-grube-nein-zur-streichung-der-nachtzugverbindung-non-%C3%A0-la-suppression-du-train-de-nuit-berlin-paris

 

 

Partager cet article
Repost0
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 12:48
QUIZ DU MOIS

"Non seulement l’OTAN est inutile mais elle est nuisible" affirmait Gabriel Robin, ancien ambassadeur auprès de l'OTAN, lors du colloque "Sécurité européenne: OTAN, OSCE, Pacte de Sécurité" en 2009.

                                                    Photo : www.fondation-res-publica.org

 

 

QUIZ DU MOIS

 

 

                 FAUT-IL SORTIR DE L'OTAN ?

 

 

L'OTAN est actuellement au cœur des débats qui traitent du conflit guerrier qui s'étend en Ukraine et n'est pas étranger au fait que Moscou redoutait  d'assister à un rattachement prochain de ce pays à cette organisation militaire qui se retrouverait alors positionnée sur une nouvelle zone frontalière avec la Russie.

 

On se souvient que l'OTAN avait été créée le 4 avril 1949 pour faire face à une prétendue menace soviétique et souder par la même occasion les pays de l'Europe occidentale contre l'idéologie qui régnait alors en URSS et dans les autres "démocraties populaires". L'OTAN aura ainsi été un des instruments de l'équilibre de la terreur pendant toute la durée de la guerre froide. Elle exercera sa première mission militaire ( sans avoir été formellement missionnée par l'ONU) lors du conflit qui embrasa l'ex-Yougoslavie en 1995, alors que, paradoxalement, l'URSS n'existait déjà plus depuis la fin de la décennie précédente et que le Pacte de Varsovie avait également été dissous.

 

Après avoir présenté dans un reportage fictif * la façon simpliste dont l'OTAN réduit notre monde en une opposition d'axes du bien et du du mal (comprendre : l'Occident face à la Russie, la Chine, l'Iran, la Corée du Nord, Cuba et quelques autres), nous poursuivons notre approche de la compréhension de cette institution en rapportant l'appréciation qu'en faisait, lors du colloque " Sécurité européenne : OTAN, OSCE, Pacte de Sécurité " du 30 mars 2009, Gabriel Robin, ambassadeur de France, ancien directeur des Affaires politiques au MAE, ancien ambassadeur auprès de l’OTAN et du Conseil de l'Atlantique nord de 1987 à 1993 (extrait) :

 

" Mais que peut-on penser de l’avenir d’une organisation comme l’OTAN ?

Cette organisation qui n’a plus son autorité d’origine, qui n’en a pas retrouvé d’autre qu’on puisse nommer sans se couvrir de ridicule, n’a donc strictement aucune utilité. On peut comprendre qu’un pays comme la Pologne trouve l’OTAN utile mais j’attends qu’on me dise quelle utilité la France attend de l’OTAN.

Non seulement l’OTAN est inutile mais elle est nuisible. L’OTAN pollue le paysage international dans toutes les dimensions. Elle complique la construction de l’Europe. Elle complique les rapports avec l’OSCE (mais ce n’est pas le plus important). Elle complique les rapports avec la Russie, ce qui n’est pas négligeable. Elle complique même le fonctionnement du système international parce que, incapable de signer une convention renonçant au droit d’utiliser la force, l’OTAN ne se conforme pas au droit international. Le non recours à la force est impossible à l’OTAN car elle est précisément faite pour recourir à la force quand bon lui semble. Elle ne s’en est d’ailleurs pas privée, sans consulter le Conseil de sécurité des Nations unies.

Par conséquent je ne vois pas très bien ce qu’un pays comme la France peut espérer de l’OTAN, une organisation inutile et nuisible, sinon qu’elle disparaisse. "
(1)

 

Les souhaits d'adhésion s'entendent avant l'annexion de la Crimée par la Russie

et le début de la guerre en Ukraine.  

Cartographie :  OTAN

 

 

Lors d'un autre colloque dénommé " Refaire l'Europe ? Aperçu rétrospectif et esquisse d'une politique " du 2 décembre 2013, ce même Gabriel Robin s'exprimait sans équivoque au sujet des rêves évanouis que suggéra la création de l'Union européenne, ainsi que du lien de vassalité qui noue l'Europe aux États-Unis (extrait) :

 

" On juge une entreprise politique à ses résultats, comme un arbre à ses fruits. Et si les résultats sont contraires aux buts poursuivis et affichés au départ, il faut prononcer l’échec.

 

Or, dans le cas qui nous occupe, ce qui était promis, c’était la prospérité, le plein emploi, la croissance. Nous constatons que le résultat n’est pas là. La courbe de la croissance n’a cessé de s’aplatir, de décennie en décennie, depuis trente ans. Elle est aujourd’hui pratiquement horizontale et elle menace de devenir négative. Voilà pour la prospérité.

 

Deuxième promesse de l’Europe, la puissance ! L’union fait la force, nous allons ensemble tenir tête aux grandes puissances du monde… Le résultat n’est pas au rendez-vous. L’Europe n’est pas devenue l’égale des États-Unis. Elle en est restée la vassale. L’Europe n’a pas plus qu’avant réussi à imposer ses vues. Elle ne parvient pas, par exemple, à faire prévaloir son idée sur un sujet aussi brûlant que le conflit israélo-palestinien. Et chaque fois qu’une crise survient dans le monde, les commentateurs sont unanimes : comment, l’Europe n’est pas là, l’Europe brille par son absence, quel dommage ! Mais non, l’Europe n’est jamais là, elle est absente. Donc, pas de puissance non plus.

 

Alors, il reste la paix. On se rabat là-dessus quand on a épuisé les autres sujets. Mais la paix n’était pas l’affaire de l’Europe. Au temps de la guerre froide, la paix était l’affaire de l’équilibre est-ouest et de la dissuasion nucléaire. L’Europe habillait un morceau de la paix, elle ne la fondait ni ne l’entretenait. Et depuis que la guerre froide est terminée, le bilan en matière de paix n’est pas entièrement univoque. L’Europe s’est laissée entraîner dans quatre ou cinq guerres : la Serbie, la première guerre d’Irak, l’Afghanistan, la Libye et, s’il n’avait tenu qu’à elle, nous serions en guerre aujourd’hui avec la Syrie.

 

L’échec est flagrant, patent. J’ajoute qu’il y a des circonstances aggravantes. Cet échec n’est pas ponctuel, il n’est pas temporaire. On peut l’observer depuis vingt ans, tout au long de la période où l’Europe, comme l’a rappelé Pierre de Boissieu, a accumulé ce qu’elle a appelé des " progrès historiques " en signant des traités plus importants les uns que les autres qui allaient changer la face du monde et de l’Europe. En dépit de l’euro, malgré tous ces progrès européens, salués comme tels, célébrés, l'échec est rebelle à toute médication, il est pis aujourd’hui qu’il y a cinq ans comme il était pis il y a cinq ans qu’il y a dix ans. C’est un échec profond dont on se demande quand il sera suffisant pour qu’on ose le constater et prononcer son nom. " (2)

 

On constate donc bien que l'impuissance de l'UE à jouer un rôle d'ambassadrice de la paix dans les nombreux foyers de guerres qui embrasent actuellement notre planète va malheureusement de pair avec son alignement inconditionné aux côtés de l'OTAN, organisation militaire incapable de se départir de l'esprit de confrontation qui prévalait lors de la Guerre froide et au sujet de laquelle M. Gabriel Robin concluait : 

 

" L’OTAN pollue le paysage international dans toutes les dimensions. Elle complique la construction de l’Europe. Elle complique les rapports avec l’OSCE [Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe] (mais ce n’est pas le plus important). Elle complique les rapports avec la Russie, ce qui n’est pas négligeable. Elle complique même le fonctionnement du système international parce que, incapable de signer une convention renonçant au droit d’utiliser la force, l’OTAN ne se conforme pas au droit international. Le non-recours à la force est impossible à l’OTAN car elle est précisément faite pour recourir à la force quand bon lui semble. Elle ne s’en est d’ailleurs pas privée, sans consulter le Conseil de sécurité des Nations unies. Par conséquent, je ne vois pas très bien ce qu’un pays comme la France peut espérer de l’OTAN, une organisation inutile et nuisible, sinon qu’elle disparaisse." (3)

 

La rédaction d'HENDAYENVIRONNEMENT

 

 

 *  Voir notre quiz précédent

 

(1) Source : http://www.fondation-res-publica.org/Debat-final_a403.html

 

(2) Source : http://www.fondation-res-publica.org/Debat-intervention-de-M-Gabriel-Robin_a776.html

 

(3) Source : Citation rapportée par régis Debray dans une lettre ouverte intitulée " La France doit quitter L'OTAN" que celui-ci adressait à Hubert Védrine, ancien ministre des affaires étrangères. Extrait du mensuel Le Monde diplomatique, mars 2013.

 

 

                                         NOTRE QUIZ

 

QUESTION : L'OTAN prépare activement son prochain sommet qui se tiendra le 4-5 septembre 2014 à Newport (Grande-Bretagne). En cette circonstance, les membres de ce pacte militaire pourraient abroger un interdit qui prévaut depuis l'acte fondateur de cette organisation en matière de positionnement des armements classiques et balistiques.

 

En quoi consiste ce projet de modification de la charte de cette organisation qui pourrait faire basculer notre planète dans une phase d'instabilité majeure, susceptible d'ouvrir la porte à un conflit armé avec la Russie ?

 

RÉPONSE : ?

 

 

La première personne qui répondra sous la rubrique "Contact" à la question posée sera gratifiée du CD ci-dessous représenté.

QUIZ DU MOIS

Lieu de remise du gain : 64700 Hendaye. Aucune expédition n'est prévue. Le CD pourra, au choix, être glissé dans une boîte aux lettres hendayaise ou être retiré sur la localité.

 

Nota: Le(a) gagnant(e) bénéficiera d'une garantie d'anonymat. La participation à ce quiz implique tout renoncement à un recours contentieux dans le cas de contestation des résultats du jeu.

Partager cet article
Repost0
Published by Sirius
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 09:25

 

Contre la monarchie, l'injustice et la corruption. Pour la république, les droits des peuples, des citoyens et des travailleurs.

 

    MANIFESTATION LE 12 AVRIL 2014 À DONOSTIA/SAN-SEBASTIÁN

                    À 18 HEURES DÉPART DU "BOULEVARD" (MAIRIE)

MANIFESTATION RÉPUBLICAINE LE 12 AVRIL 2014 À DONOSTIA
Partager cet article
Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 08:15
Emmanuel jugé comme un délinquant pour avoir voulu préserver la santé des consommateurs. Photo : AFP

Emmanuel jugé comme un délinquant pour avoir voulu préserver la santé des consommateurs. Photo : AFP

Le 7 avril, à 13h30, le tribunal correctionnel de Dijon s’est prononcé dans l’affaire Emmanuel Giboulot. Celui-ci a été déclaré coupable et condamné à verser une amende de 1 000 euros, dont 500 avec sursis.Voilà Emmanuel jugé comme un délinquant pour avoir voulu préserver la santé des consommateurs. On marche sur la tête !Naturellement, il fait appel de cette décision invraisemblable. Le principe de précaution est inscrit dans la Constitution, la magistrate aurait donc pu et dû le relaxer. Et ce d’autant plus que l’urgence de la situation n’était pas caractérisée puisque l’épidémie de flavescence dorée était contenue en Saône-et-Loire.

 

Un immense décalage avec le public

En fait, la position du tribunal – qui protège le préfet – montre surtout l’immense décalage qui existe entre les autorités et le grand public. Alors qu’en quelques jours la pétition lancée par l’IPSN, que vous pouvez encore signer ici, a rassemblé plus d’un demi-million de signatures et que les médias se sont emparés de l’affaire, les institutions locales restent frileuses.

La raison en est simple : les autorités tentent de ménager la chèvre et le chou et restent du côté de la logique économique ; les consommateurs, eux, savent qu’il en va de leur santé. L’urgence et la gravité ne sont pas du côté de la flavescence dorée ou de la cicadelle (l’insecte qui répand la maladie), mais de la dégradation de la santé de notre environnement qui nous menace directement.

Et la vigne est un exemple symptomatique de la situation :

 

  • Les dangers des pesticides pour les vignerons sont bien connus : outre la maladie de Parkinson développée par de nombreux travailleurs de la vigne, on parle de plus en plus de « la maladie du vigneron », ou dit plus crûment des cancers de la vessie, provoqués par les pesticides. La mort de Frédéric Ferrand dans le Bordelais et le combat engagé par son père contre les pesticides ont suscité l’émoi du public mais pas des autorités qui considèrent que nous manquons encore de données sur le sujet… [1]  Combien de morts faut-il pour lancer des études ?                
  • Mais il n’y a pas qu’eux. De plus en plus, les habitants des régions viticoles se méfient des épandages. Certains soutiens d’Emmanuel Giboulot racontent que, dans le Mâconnais, les traitements contre la flavescence dorée étaient insupportables et qu’en période de traite, tout le monde restait chez soi pour ne pas être intoxiqué. On comprend mieux pourquoi en période vacances scolaires, alors que de nombreux enfants visitaient la région, Emmanuel Giboulot ne souhaitait pas traiter. Mais la justice le déclare quand même coupable !

 

Quant aux amateurs de vin qui s’inquiètent, on leur dit depuis des années que les résidus encore présents sur les peaux au moment des vendanges sont évacués dès la fermentation. Vraiment ? Et quid des molécules entrées dans la terre l’année précédente et dont la vigne et les raisins se sont abreuvés ?

Pour protéger notre santé, préservons la nature…

Les pesticides nuisent à la santé de ceux qui travaillent la vigne et détruisent notre environnement qui en est saturé. Ils fragilisent l’écosystème dans lequel poussent les vignes dont, à terme, ils menacent la survie. Et il en va des vignes comme pour le reste de l’agriculture et de l’exploitation des ressources naturelles.

Préserver notre santé passe par le développement d’une agriculture biologique au service de l’homme et de la nature et non plus de quelques groupes industriels qui se sont donné le droit – avec le blanc-seing de l’administration et de la justice – de nourrir et d’empoisonner les Terriens ! À dire vrai, on sait aujourd’hui qu’il faut aller beaucoup plus loin. Le combat continue.

Augustin de Livois
 

PS : Deux citations qui me paraissent particulièrement à propos :


« Malgré la crise majeure des années 2007-2009, la sphère de l’économie n’a toujours rien appris et continue de fonctionner selon de vieux postulats érigés au rang de dogme. Il a fallu attendre l’émergence de l’écologie, fortement dopée par cette crise, pour que les hommes prennent conscience du caractère limité des ressources de la nature – d’où cette question posée et reposée : “Comment assurer une croissance illimitée de la production des biens et des services alors que celle-ci est assise sur des ressources limitées ?” – celles précisément que la planète met à notre disposition. (…) Or partout dans le monde les écosystèmes, c'est-à-dire les milieux naturels, se dégradent. » (Jean-Marie Pelt) [2]


« Comment pouvons-nous parler de progrès alors que nous détruisons encore autour de nous les plus belles manifestations de la vie ? Nos artistes, nos architectes, nos savants, nos penseurs suent sang et eau pour rendre la vie plus belle et en même temps nous nous enfonçons dans nos dernières forêts, la main sur la détente d’une arme automatique. (…) Il faut lutter contre cette dégradation de la dernière authenticité de la Terre et de l’idée que l’homme se fait des lieux où il vit. Est-ce que nous ne sommes vraiment plus capables de respecter la nature, la liberté vivante, sans aucun rendement, sans utilité, sans autre objet que de se laisser entrevoir de temps en temps ? La liberté elle-même serait alors anachronique. (…) Il faut absolument que les hommes parviennent à préserver autre chose que ce qui leur sert à faire des semelles, ou des machines à coudre, qu’ils laissent de la marge, une réserve, où il leur serait possible de se réfugier de temps en temps. C’est alors seulement que l’on pourra parler de civilisation. » (Romain Gary dans Les racines du ciel)


Source : Institut pour la Protection de la Santé Naturelle  http://www.ipsn.eu/

[1] Cancers dans le monde agricole : « on sous-estime l'impact des pesticides »

[2] Les dons précieux de la nature, Fayard 2010

Partager cet article
Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 19:19
Illustration : André-Philippe Côté, scénariste et caricaturiste québécois, auteur de bandes dessinées.

Illustration : André-Philippe Côté, scénariste et caricaturiste québécois, auteur de bandes dessinées.

Nous mentionnions dans un de nos précédents articles intitulé "La démocratie sans le peuple" l'absence de représentativité sociologique de deux des cinq listes du premier tour, dont celle du maire sortant.

Ce désintérêt manifesté à l'encontre de l'électorat populaire hendayais a fait que pas suffisamment d'électeurs se sont identifiés à ces listes trop largement constituées de candidats issus de milieux socio-professionnels qui n'étaient pas des leurs (entrepreneurs, professions libérales, commerçants).

Ceci a conduit au retour du maire PS à la tête de la mairie, et ce malgré le choix de coalisés qui pourraient vite se révéler être plus embarrassants qu'accommodants.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 14:03
Hissé au rang d'un nouveau culte, l'argent a pris le relais des valeurs morales traditionnelles issues des fondements bibliques.

Hissé au rang d'un nouveau culte, l'argent a pris le relais des valeurs morales traditionnelles issues des fondements bibliques.

 

ÉLECTIONS MUNICIPALES HENDAYE

 

Ou la prétention à présenter les intérêts de castes

                                comme étant l'intérêt général 

 

 

Les textes bibliques foisonnent de versets dédiés à la valeur morale que représente la juste répartition des biens de ce bas monde : "Et toi, fils d'homme, prends une lame tranchante ; tu t'en serviras comme d'un rasoir de barbier ; tu te raseras la tête et la barbe. Puis tu prendras une balance et tu partageras ce que tu auras coupé." (Ezéchiel 5,1-17) Cette vision judéo-chrétienne du partage des choses - plutôt que leur confiscation entre les mains d'un petit nombre - paraît de nos jours être fort ringarde face aux cultes de l'argent roi et de la propriété qui sont encore plus prisés que du temps de Guizot. 

 

La notion de partage dont-il est ici question semble ne pas faire partie des critères qui ont présidé à la constitution de deux des cinq listes électorales qui se présentent aux prochaines élections municipales et pour lesquelles ont été choisis des colistiers majoritairement issus du monde économique local, ceci pouvant laisser supposer que certains candidats ne cherchent pas nécessairement à s'incruster dans les rouages décisionnels communaux pour leur seule propension désintéressée à vouloir servir l'intérêt général. "Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirais qui tu es", énonce le proverbe bien connu qui nous rappelle que l'humain a de tout temps montré un soutien sans faille à l'encontre du groupe ou clan auquel il appartient.

 

Ainsi constate-t-on avec une certaine tristesse qu'après avoir pendant de nombreux siècles joué un rôle moral central et symbolisé le plan divin de salut de l'humanité, l'Évangile se trouve désormais relégué au rang d'une curiosité spirituelle d'un autre âge qui s'efface en faisant place au pouvoir de l'argent hissé au rang de nouvelle valeur sacralisée.

 

La Rédaction d'HENDAYENVIRONNEMENT

 

 

      COMPOSITION SOCIO-PROFESSIONNELLE DES LISTES QUI SE PRÉSENTENT                       AUX PROHAINES ÉLECTIONS MUNICIPALES HENDAYAISES

   En nombre de candidats, selon autodéclarations et pointages faits à partir des sites Infogreffe.fr, societe.com, verif.com.

 

 

      Richard BEITIA         Battitte SALLABERRY    Kotte ECENARRO      Eric SAINT-MARTIN       Iker ELIZALDE

      Sans étiquette *                  Centre droit                             PS                       PC et apparentés       Gauche abertzale  

LA DÉMOCRATIE SANS LE PEUPLE

* Réfute l'étiquetage "apparenté UMP" et demande à être classé "sans étiquette". Toutefois, selon la publication des résultats du premier tour repris par le quotidien "Le Monde" du 25 mars 2014, celui-ci apparaît bien sous l'étiquette "UMP".

 

         ▀12 5 16                  ▀11 6 16                   3 129                   1 131                  ▀2 0 31

 

 

Chefs/gérants d'entreprises, professions libérales, négoce immobilier, commerçants,

    artisans, conjoints de ceux-ci et retraités de ces catégories

 

Cadres salariés et ex-cadres salariés retraités.

 

Employés, ouvriers, ainsi que les retraités de ces catégorie

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Sirius
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 10:53
« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. »   Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)

« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. » Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)

Partager cet article
Repost0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 10:16
Les Le Pen posent pour une photo de presse devant leur somptueuse demeure familiale de Saint-Cloud, en 1986. Photo : Sipa

Les Le Pen posent pour une photo de presse devant leur somptueuse demeure familiale de Saint-Cloud, en 1986. Photo : Sipa

Partager cet article
Repost0
Published by Sirius