Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 10:18

 

SOCIÉTÉ

 

La militante basque Aurore Martin a été libérée samedi 22 décembre 2012 de la prison de Soto del Real (près de Madrid) après avoir été incarcérée pendant 52 jours et versé une caution de 15 000 euros. Cette dernière n'a plus maintenant qu'à attendre le déroulement de son procès et la proclamation de son jugement pour connaître l'avenir qui lui sera réservé.

 

L'affaire tragico-rocambolesque d'Aurore Martin met en lumière les carences inhérentes à l'existence même du Mandat d'arrêt européen (MAE). Elle montre également, d'une façon évidente, à quel point ce MAE peut facilement être dévoyé à des fins politiques, alors qu'il n'avait été prétendument introduit que pour combattre la grande criminalité au sein de l'UE.

 

Le sociologue belge Jean-Claude Paye analyse ci-après quelle est la véritable dimension politique du MAE. Il explique pourquoi il est devenu indispensable d'abroger ce texte afin de pouvoir remettre en place l'ancienne procédure d'extradition qui offrait de meilleures garanties sur le plan des libertés individuelles. 

 

La Rédaction d'HENDAYENVIRONNEMENT

 

Camp de Gurs " Quand tous sont coupables, personne ne l’est " nous enseigne Hannah Arendt, philosophe allemande, internée au camp de Gurs (64) par le régime de Vichy en tant qu' " indésirable " alors qu'elle avait fui l'Allemagne nazie dès 1933.    

 

              LE VRAI VISAGE DU MANDAT D'ARRÊT EUROPÉEN

 

                                                                       Par Jean-Claude Paye

                                      Sociologue belge, auteur de "La fin de l’État de droit". 
Éditions La Dispute.

 

Le rejet par la Cour de cassation du pourvoi déposé par Aurore Martin rend ainsi possible sa remise aux autorités judiciaires espagnoles pour « participation à une organisation terroriste ». Cette décision montre la nature directement politique du mandat d'arrêt européen. Aurore Martin est poursuivie pour appartenance à Batasuna, une organisation politique interdite en Espagne, mais légale en France. Cette double décision judiciaire : la validation du mandat espagnol par la cour d'appel de Pau et le rejet du pourvoi par la Cour de cassation, constitue une première en France. Cette affaire dévoile ce que permet le mandat d'arrêt européen et que n'autorisait pas l’ancienne procédure d'extradition. Pour bien comprendre 
la dimension du changement, un petit retour aux sources s’impose.

 

Profitant des attentats du 11 septembre 2001, la Commission de l’Union européenne avait ressorti de ses cartons un double projet de décision-cadre, l’un relatif à l’incrimination du terrorisme, l'autre à l’installation d’un mandat d'arrêt européen devant se substituer à la procédure d'extradition.

 

Adoptées toutes deux le 6 décembre 2001 et ensuite intégrées dans les codes pénaux des États membres, ces deux décisions-cadres sont intimement liées. Le mandat d'arrêt prend toute sa dimension liberticide dans le cadre de « la lutte contre le terrorisme ». Rappelons que l'incrimination du terrorisme est immédiatement d’ordre politique. Ce qui spécifie un acte comme tel est l’intention attribuée à l’inculpé de faire pression sur un gouvernement. Ainsi, c’est le pouvoir lui-même qui détermine le type d’opposition qu'il accepte ou celle qu’il criminalise.

 

Le mandat d’arrêt met en place un mécanisme de solidarité entre gouvernements européens vis-à-vis des oppositions qu'ils désignent comme criminelles. Cependant, au contraire de l’ancienne procédure d'extradition, la décision de remettre la personne demandée échappe formellement au gouvernement du pays qui reçoit la demande. Dans la procédure d’extradition, le contrôle judiciaire portait sur la matérialité des faits et la légalité de la demande. En ce qui concerne le mandat d’arrêt, le contrôle judiciaire ne porte plus que sur la régularité formelle du document. L’abandon des procédures de vérification fait que la remise a un caractère quasiment automatique. Ce mode opératoire renverse celui de l'extradition dans lequel la décision revenait in fine au pouvoir politique.

 

La procédure d’extradition reposait également sur l’exigence d’une double incrimination : l’extradition n’était possible que si le fait poursuivi constituait un délit tant dans le pays demandeur de la personne incriminée que dans le pays sollicité. Le mandat européen abandonne cette condition : il suffit que le comportement mis en cause constitue une infraction dans l’État demandeur. Ceci explique pourquoi Aurore Martin est remise à l’Espagne pour appartenance à une organisation politique illégale en Espagne, mais légale en France. Cette possibilité découle du mécanisme psychotique du mandat d’arrêt européen. À la réalité des actes du pays demandeur est substituée la légalité présupposée de ceux-ci. Il s’agit là d'une conséquence du principe de confiance mutuelle. Il est posé, a priori, que les systèmes pénaux des pays de l’Union respectent la démocratie et l’État de droit. La mise en œuvre du mandat ne peut être suspendue « qu’en cas de violation grave et répétée par les États membres des droits fondamentaux ». L'autorisation du transfert d’Aurore Martin nous montre que l’existence de juridictions d'exception ainsi que l’utilisation systématique de la torture vis-à-vis des militants basques ne constituent plus, pour la France, « une violation grave » remettant en cause l’extradition d’un ressortissant français.

 

La revendication d’une « utilisation non politique » du mandat d’arrêt européen, par nature politique, est en soi un non-sens. On ne peut faire face à l’ampleur du déni de démocratie que constitue cette réforme qu'en réclamant sa suppression et le retour à l'ancienne procédure d’extradition.

    

Source : Quotidien "L'Humanité". La photo et sa légende ne sont pas du journal.

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 10:45

 
 SOCIÉTÉ

1Hch1WahreJac

                                     Caricature allemande de 1905 représentant Hugo Stinnes et August Thyssen

                                                                    capitaines d'industrie allemands. (1)

 

L'EURO FORT CREUSE LES DISPARITÉS ÉCONOMIQUES EUROPÉENNES

 

Le temps où les échanges économiques au sein de la Zone euro semblaient être mus par la réciprocité des intérêts des divers pays membres est désormais révolu. Pour preuve, les différences croissantes constatées dans le fonctionnement des économies qui mènent à la constitution d'une Europe prospère d'un côté, désindustrialisée et appauvrie de l'autre. Nous avons à ce sujet déjà tenté d'expliquer une partie de ces dysfonctionnements dans un premier article publié il y a peu (2). Voyons aujourd'hui le rôle sous-jacent que joue le taux de change de la monaie unique, actuellement très manifestement surévalué, dans l'approfondissement des disparités économiques constatées dans la zone d'application de l'euro. 

 

 

LA DÉSINDUSTRIALISATION DU SUD DE L'UE EST ESSENTIELLEMENT ACTIVÉE PAR L'ALLEMAGNE

L'Allemagne engrange depuis plus d'une quinzaine années des excédents commerciaux qui sont énormes, puisqu'ils atteignent une moyenne mensuelle de plus de 14 milliards d'euros. Ceux-ci sont essentiellement réalisés avec la Zone euro, grâce à l'endettement généralisé des pays qui constituent cette zone. La Grèce, petit pays pourtant le plus économiquement mal loti d'entre eux, fait également partie de ceux qui concourent à l'enrichissement allemand en important de grandes quantités de biens de consommation, mais aussi de l'armement (3).

 

Les bénéfices réalisés par les grosses entreprises allemandes, mais également par nombre de PME qui ont un dynamisme et une force exportatrice inconnus ailleurs, sont malheureusement presque tous réinvestis dans les pays de l'ancien "bloc soviétique" situés aux frontières orientales de l'UE, et non pas dans ceux où ces profits ont été réalisés. Ce phénomène entraîne un transfert du centre de gravité économique de l'UE vers l'est de notre continent, plaçant ainsi l'Allemagne dans une position centrale dominante, ce qui accentue la désindustrialisation des pays situés en façades atlantique et méditerranéenne de l'Union, et contribue aussi à la montée inexorable du chômage dans ces régions.

 

L'AXE FRANCO-ALLEMAND ET L'EURO FORT SONT CO-RESPONSABLES DES PROBLÈMES

La France porte une part de responsabilité indéniable dans le processus ci-dessus décrit. Elle a orienté sa politique économique sur le seul axe franco-allemand, et créé ainsi une sorte de condominium aux comportements souvent arrogants vis-à-vis des autres membres. Cet axe n'aura toutefois profité qu'aux Allemands, seuls à avoir été capables de tirer économiquement parti de cette alliance, ainsi qu'on a pu le constater avec la dégradation économique et sociale de notre pays depuis la fin de l'ère Mitterrand qui fut le véritable point de départ de l'entente décisionnelle entre Paris et Berlin.

 

L'emprise économique allemande sur l'Europe aura par ailleurs été favorisée par une politique de l'euro fort, intangiblement souhaitée et imposée par nos voisins d'outre-Rhin. Cet euro, fortement surévalué par rapport aux autres monnaies de changes des grandes économies internationales, n'apporte en fait des avantages qu'à l'Allemagne, du fait que ce pays est une nation exportatrice qui demeure quasiment insensible au facteur coût des biens qu'elle produits, partant du principe que ces derniers jouissent d'un fort prestige auprès des consommateurs internationaux aisés, pour qui le prix n'est qu'un facteur de choix secondaire. Cette particularité de l'économie allemande permet d'assurer des marges bénéficiaires appréciables à ses exportateurs, ce qui a dernièrement fait dire à Louis Gallois, que "l'euro fort renforce les forts et affaibli les faibles, accroît donc les divergences des économies européennes". (4)

 

C'est en partant de cette constatation que l'on comprend par exemple mieux pourquoi les constructeurs allemands arrivent à inonder le marché automobile européen de leurs gros mais aussi petits véhicules, tout en réalisant sur ces ventes des marges de profits inégalables, alors que leurs homologues français ont, de leur côté, les plus grandes peines du monde à soutirer le moindre bénéfice des véhicules qu'ils produisent. (5)

 

LE REFLUX DES ÉCHANGES INTRACOMMUNAUTAIRES TOURNE À LA CONTREVERSE 

Les quinze dernières années d'expansion fulgurante de l'économie allemande ne pouvaient, compte tenu du déséquilibre massif et persistant des échanges réalisés avec l'Allemagne, se poursuivre ainsi indéfiniment. L'enchaînement des défauts de paiements et difficultés économiques successives rencontrés par les nations "clientes" viennent désormais sonner le glas du modèle économique rhénan bassé uniquement sur l'exportation. Ce modèle ne répond nullement aux normes du "libre échange" qui impliquent un nécessaire équilibre des échanges commerciaux sans lequel le système ne peut durablement fonctionner. Le modèle économique allemand dévoile ainsi ses limites et, la crise faisant, pose également le problème de l'inconscience de nos voisins d'outre-Rhin pourtant habituellement si pragmatiques.

 

Ce dernier point soulève actuellement toute une série de controverses franco-allemandes sur la façon dont une économie doit être gérée, divergences sur lesquelles nous reviendrons bientôt. (6)   

 

La Rédaction d'HENDAYENVIRONNEMENT

 

(1) Couverture de l'hebdomadiare satirique social-démocrate "Der Wahre Jacob" qui sera interdit par les nazis dès 1933.

(2)  Voir notre article "Remous franco-allemands" sous la rubrique "Société & Solidarité".

(3)             d°            "Tragédie financière grecque" sous la rubrique "Société & Solidarité".

(4)  Louis Gallois, Bibliothèque Médicis, sur LCP le 30/11/2012

(5)  Voir notre article "Le mythe de la concurrence libre et non faussée" sous la rubrique "Société &Solidarité".  

(6)              "                   "Remous franco-allemands (suite)"                   "                     "

       

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 12:32

 

SOCIÉTÉ

 

Des dizaines de milliers d'enfants espagnols ont été volés à leur famille des années 40 aux années 80. Prétendant d'abord « extirper le socialisme du sang espagnol », les franquistes ont ensuite nourri un trafic de nouveau-nés. De nos jours, les victimes manifestent à Madrid contre l'impunité dont bénéficie ce crime contre l'humanité. 

 

Franquisme.jpg

                      Pour les franquistes le socialisme était « une maladie mentale », il fallait donc enlever les enfants

                             des Républicains pour les « rééduquer » dans les orphelinats et séminaires catholiques.

                                            Photo extraite du film « Les Ombres de la Mémoire » chez Creav At

 

                                                              Lire l'article du quotidien "La Dépêche" :

http://www.ladepeche.fr/article/2012/01/27/1271198-les-milliers-d-enfants-voles-du-franquisme-indignent-l-espagne.html

 

 

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 08:20

 

SANTÉ

 

On se souvient avoir lu sous notre article " RÉVÉLATIONS ACCABLANTES SUR LE MAÏS TRANSGÉNIQUE" (rubrique Santé & Environnement) le cri d'alarme lancé par le professeur Séralini suite aux tumeurs développées par des rats de laboratoire nourris au maïs génétiquement modifié de type NK603 cultivé avec et sans herbicide de Type Roundup, vendus à l'échelle planétaire par la multinationale Monsanto.

 

Gilles-Éric Séralini vient de publier un livre passionnant (vendu 20 € en librairie) sur les expériences qu'il a menées :

71CrAdyo52L._AA1500_.jpg

Un film documentaire passionnant, inspiré du livre, et dans lequel est également abordé le problème du nucléaire pour mieux montrer à quel point ces deux technologies diaboliques et dominatrices sont intimement liées,  passe actuellement dans certains cinémas de notre région. Renseignez-vous.

         

                                   Cliquer le lien ci-dessous pour voir la bande d'annonce du film :

                        http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19403738&cfilm=211766.ht

  Tous cobayes

 

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 14:40

 

ENVIRONNEMENT                                                                                                           

 

                        Concrètement, ça veut dire quoi ?

                                                      Un dossier du Réseau "Sortir du nucléaire"

                         Source:http://groupes.sortirdunucleaire.org/Reduire-la-part-du-nucleaire%2c444



François Hollande ne cesse de rappeler sa promesse électorale de "réduire la part du nucléaire à 50% d'ici 2025". Mais que veut dire au juste cette proposition ?

 

                                                                         

                                                            Interview de Bernard Laponche



S’agit-il, ou pas, de fermer des réacteurs ? Et quelle trajectoire énergétique la France semble-t-elle prendre au vu des orientations actuelles ? Pour répondre à ces questions, nous avons sollicité le point de vue de Bernard Laponche, expert en politiques de l’énergie et de maîtrise de l’énergie et membre de l’association Global Chance.

 

1. Réduire la part du nucléaire dans le mix énergétique, ça veut dire quoi exactement ?

L’expression "mix énergétique" (certains disent aussi quelquefois le "bouquet énergétique") est utilisée pour décrire l’ensemble des sources ou des produits énergétiques qui contribuent à une certaine production ou consommation d’énergie, avec la part de chacun.

On peut parler du mix énergétique de la consommation d’énergie primaired’un pays (sources naturelles à l’origine des produits énergétiques que nous consommons : charbon, gaz fossile dit gaz naturel, pétrole, uranium, biomasse, hydraulique, éolien, solaire photovoltaïque ou thermique, géothermie), ou de sa consommation énergétique finalede gaz, essence, fuel, électricité, bois...(consommation par les utilisateurs finals : industrie hors industries de l’énergie ; transports ; résidentiel, tertiaire, agriculture). Votre question porte en fait sur le mix énergétique de la production d’électricité et elle se réfère à l’engagement du Président de la République de "réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75% aujourd’hui à 50% en 2025".

Pour l’année 2010, le mix énergétique de la production brute d’électricité en France est le suivant : 75% nucléaire (électricité produite à partir de la chaleur produite dans le réacteur nucléaire à combustible uranium), 10% fossile (combustion de gaz, charbon, produits pétroliers), 12% hydraulique (barrages), 3% autres énergies renouvelables (éolien, biomasse, photovoltaïque). Ces valeurs sont pour la France métropolitaine, y compris la Corse.

                 

La production brute d’électricité était en 2010 de 572 milliards de kWh (ou TWh : teraWattheure) et la consommation finale d’électricité était de 446 TWh [1], se répartissant en 29% dans l’industrie, 3% dans les transports (trains, métros, trams), 38% dans le résidentiel (logements), 29% dans le tertiaire (bureaux, établissements de santé, éducation, tourisme, etc.) et 1% ans l’agriculture.

2. Que signifie alors la réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité ?

Lorsque l’on parle de réduire la part d’une source d’énergie dans la production d’électricité à l’horizon 2025, il faut savoir à quelle production totale on se réfère. Il faut donc savoir quelle production totale d’électricité pour la France en 2025 on se donne pour objectif, afin de déterminer la quantité d’électricité d’origine nucléaire à cet horizon :

  • Pour les plus productivistes, avec un rythme de croissance des besoins d’électricité d’au moins 2% par an considéré comme le minimum indispensable, la production d’électricité française nécessaire passerait de 572 TWh en 2010 à 770 TWh en 2025. Réduire la part du nucléaire de 75% à 50% reviendrait à faire passer la production d’électricité d’origine nucléaire de 428 TWh à 385 TWh en 2025. Cela représente une réduction de 43 TWh, ce qui représente à peu près la production de 7 unités nucléaires de type Fessenheim (centrale équipée de deux unités de 900 MW de puissance). On peut même prétendre que l’on exportera cette production : la production d’origine nucléaire reste constante en valeur absolue. C’est le vœu des pro-nucléaires qui déploient une offensive "publicitaire" impressionnante.

  • Mais l’augmentation de la consommation d’électricité n’est pas une fatalité et on peut aussi, comme le montrent le scénario négaWatt et les travaux de Global Chance, engager une politique d’économies d’électricité dans l’ensemble des secteurs d’activité. Ces deux associations ont réalisé et publié ensemble le n° 27 des Cahiers de Global Chance "Du gâchis à l’intelligence, le bon usage de l’électricité" qui montre qu’il existe des potentiels d’économies d’électricité considérables, en particulier dans les bâtiments qui, on l’a vu plus haut, consomment les deux tiers de la consommation finale totale d’électricité (chauffage électrique bien sûr, mais aussi et surtout usages spécifiques : électroménager, audiovisuel, informatique).
    Un tel scénario de baisse de la consommation et donc de la production d’électricité est en cohérence avec les engagements de la France au niveau européen qui consistent en une baisse de la consommation d’énergie finale de 20% en 2020 par rapport au scénario tendanciel, soit une baisse de l’ordre de 15% par rapport à 2010.
    D’autre part, toujours pour respecter ses engagements européens, la France doit assurer 23% de sa consommation finale d’énergie avec grâce aux énergies renouvelables. Pour atteindre cet objectif, la part des énergies renouvelables dans le mix de production électrique proprement dit devrait être de l’ordre de 30%.
    La situation change alors du tout au tout : si on réduit la consommation finale d’électricité d’environ 15% sur une dizaine d’années, le besoin de production d’électricité serait alors au maximum de 450 TWh. Si dans ces conditions la part du nucléaire dans la production d’électricité est ramenée à 50%, celle-ci serait de 225 TWh. La production d’électricité d’origine nucléaire aurait baissé de 205 TWh, ce qui correspond à fermer une trentaine d’unités de 1000 MW sur la même période.

                     

On voit que la phrase "réduire de 75% aujourd’hui à 50% en 2025 la part du nucléaire dans la production d’électricité" signifie des baisses de la production d’origine nucléaire très différentes selon l’évolution de la consommation totale d’électricité, voire pas de baisse du tout.

3. Comment se situe sur ce sujet l’engagement de l’accord entre le PS et EELV signé en prélude à la campagne présidentielle ?

Dans le document "2012-2017 : socialistes et écologistes, ensemble pour combattre la crise et bâtir un autre modèle de vivre ensemble" signé entre les deux partis le 15 novembre 2011, on lit en effet :

"Nous réduirons la part du nucléaire dans la production électrique de 75% aujourd’hui à 50% en 2025 et engagerons :
- Un plan d’évolution du parc nucléaire existant prévoyant la réduction d’un tiers de la puissance nucléaire installée par la fermeture progressive de 24 réacteurs, en commençant par l’arrêt immédiat de Fessenheim et ensuite des installations les plus vulnérables, par leur situation en zone sismique ou d’inondation, leur ancienneté et le coût des travaux nécessaires pour assurer la sécurité maximale. Cette évolution intégrera les évaluations de l’ASN et de l’IRSN ainsi que le nécessaire équilibre offre-demande".

On voit que l’engagement de cet accord n’est pas compatible avec la vision "productiviste" et s’inscrit dans un scénario de transition énergétique avec une politique forte d’économies d’électricité et de développement des énergies renouvelables.

On sait que l’ex-candidat PS et Président actuel ne se considère pas comme lié par cet accord et a jusqu’à présent limité ses engagements à la réduction de la part du nucléaire et non de la puissance totale du parc nucléaire ainsi qu’à la fermeture définitive de la centrale de Fessenheim fin 2016.
On reste donc en pleine ambiguïté sur l’interprétation du 50%. Cette situation est exploitée au maximum par les promoteurs du nucléaire et les décisions récentes du Conseil de politique nucléaire ne sont pas rassurantes. _ On continue à produire du plutonium et utiliser le combustible MOX, le chantier EPR de Flamanville ne cesse de prendre du retard, mais on persiste, la vision "officielle" de l’avenir semble bien pencher vers l’allongement de la vie technique des réacteurs en fonctionnement.

On a tout à fait le sentiment d’un Gouvernement "sous influence" qui commet à mon avis deux erreurs majeures et dangereuses à plusieurs égards.
La première est le déni du risque nucléaire de la part des responsables politiques qui ne prennent même pas la peine d’étudier eux-mêmes sérieusement le dossier et se laissent "mener en bateau" par les grands féodaux du nucléaire, haute administration comprise. Une telle attitude d’irresponsabilité peut conduire aux pires « non décisions », notamment sur le vieillissement des centrales que l’on va laisser filer, alors qu’il ne devrait en aucun cas dépasser les quarante ans de fonctionnement après leur couplage au réseau, voire les trente cinq ans et encore moins pour certaines d’entre elles. Cela implique un programme d’arrêt progressif des centrales existantes à partir de maintenant.

La seconde est la non compréhension de la transition énergétique qui s’impose au monde entier, basée sur la sobriété, l’efficacité énergétiques et le développement des énergies renouvelables mais aussi la décentralisation et la territorialisation des systèmes énergétiques, ce qu’a très bien compris l’Allemagne qui, en parallèle, a décidé de "sortir du nucléaire" pour les trois raisons fondamentales qui sont les déchets radioactifs, le risque d’accident grave et la prolifération nucléaire. A ne pas jouer franchement la carte de la transition énergétique, à s’enfermer dans la poursuite du nucléaire, la France est en train de perdre une occasion historique de modifier son mode de développement, ce qui est néfaste sur le plan environnemental (risque climatique, risque d’accident, pollutions et déchets) mais aussi sur celui du développement de nouvelles activités et de l’emploi, sur l’ensemble du territoire.
De la part d’un Président qui sait se montrer intelligent et courageux sur un certain nombre de sujets, cela est affligeant. Il est temps de redresser la barre car les risques sont trop grands.

4. Que préconisez-vous pour une vraie transition énergétique permettant la sortie du nucléaire ?

Sur cette question, je pense que la réponse la plus complète est apportée par le scénario énergétique négaWatt pour la France d’ici à 2050. Il faut lire absolument le "Manifeste négaWatt" publié par l’association éponyme en 2012 [2].

Pour faire bref, je vais citer quelques éléments de la conclusion du livre "En finir avec le nucléaire" de Benjamin Dessus et moi-même, publié au Seuil en septembre 2011 :

" La sortie du nucléaire sans à-coups est possible sur une vingtaine d’années...
Il faut s’en donner les moyens, en particulier sur trois points majeurs :

  • La mise en route dans l’urgence d’un programme enfin sérieux de réduction de la consommation électrique et des consommations énergétiques en général, tout en éradiquant la précarité énergétique des plus démunis.

  • L’élaboration d’un programme crédible, aussi bien du point de vue industriel qu’économique, de développement des filières électriques renouvelables et d’un réseau électrique adapté à la décentralisation de cette production pour éviter à notre pays de se trouver hors jeu au plan européen et mondial.

  • L’organisation d’une retraite réussie du nucléaire français, en développant parallèlement un savoir-faire sur le démantèlement des installations et le stockage des déchets."

Bernard LAPONCHE est polytechnicien et docteur ès Sciences en physique des réacteurs nucléaires

Notes:

1] La consommation finale est égale à la production brute moins l’autoconsommation des centrales (24 TWh), moins les pertes dans le transport et la distribution (34 TWh), moins la consommation du secteur de l’énergie (37 TWh), moins les exportations d’électricité (51 TWh), plus les importations d’électricité (20 TWh)

2] Retrouvez ce scénario, ainsi que d’autres menant à une sortie plus rapide du nucléaire en France, sur notre site : http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=sinformer&sousmenu=themas&soussousmenu=plus&page=alternatives

 

 

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 11:55

 

Centrale-de-Golfech.jpg

                                            EDF condamnée en appel à Golfech !

 

Lundi 3 décembre2012 : la Cour d’appel de Toulouse a condamné EDF à 4 000 euros d’amende et à 4 500 euros de dommages et intérêts dans l’affaire du déversement radioactif qui avait eu lieu en janvier 2010, à la centrale de Golfech. Une telle condamnation est une première en France !

 

                                                                                 Lire l'article :      

          http://groupes.sortirdunucleaire.org/Centrale-de-Golfech-EDF-S-A-hors?origine_sujet=LI201212                                                                        

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 19:40

 

       Un taudis, c'est le contraire d'un logement. 600 000 familles en sont victimes.        

 

visuel_non_aux_taudis.jpg

                                          

                                        Cliquer sous le lien ci-dessous pour démarrer la vidéo

 

                                                  https://youtu.be/tHk_kYr4zxo

                                                                      

 

 

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 13:50

 

_DSF7498.JPG

Le Comité de soutien à Notre-Dame-des-Landes a profité de la présence de nombreuses cabanes au marché de Noël de Bayonne pour rappeler, samedi 8 décembre 2012, les destructions massives de maisons sur le site de NDDL et la mise en place d'une violente et inadmissible répression policière envers la population.

Page Facebook :  http://www.facebook.com/pages/Pays-Basque-soutien-à-Nddl/292891304164068

 


 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 10:55

     

SOCIÉTÉ


banniere-web---louvre-lens

        Symbole de la tentative de sauvetage économique d'une des régions fortement touchées par la crise.

 

Construite à Lens, cœur de l'ancien bassin minier du Pas-de-Calais fortement touché par la crise économique, l'annexe du musée du Louvre qui a été inaugurée hier par François Hollande est un établissement destiné à revitaliser une ville et une région, à l'image de ce qui a été réalisé avec le musée Guggenheim de Bilbao pour contrer la fin de la sidérurgie en Pays Basque.

 

Le choix de l'installation d'une antenne du célébre musée dans cette ville avait été fait par le Conseil régional Nord Pas-de-Calais en 2004. Cette région assumera le paiement du budget annuel de fonctionnement de 15 millions de l'ensemble et supportera également 60% des 150 millions d'euros(¹) du coût de cette réalisation  qui n'avait été estimée qu'à 35-40 millions d'euros au moment du dépôt du projet en 2003.

 

Compte tenu de la notoriété internationale du Louvre, les décideurs régionaux escomptent attirer 500.000 visiteurs/an à Lens et dans ses environs. Mais, la crise économique profonde faisant, le président-directeur du Louvre, Henri Loyrette, reste mesuré ; "Installer une antenne du Louvre, institution parisienne, à Lens, ville minière, nous savions que c'était un pari " et "Si nous ne réussissions pas à faire venir les habitants de la région ce serait un échec", admet-il.

 

cite-ocean.JPG                    La Cité de l'Océan à Biarritz neuf mois après son inauguration. Coûts annuels de gestion 1,5 ME.

                                                                                   Photo : eitb.com

 

Espérons que la magie du mot "Louvre" permettra d'attirer suffisamment de visiteurs en provenance du nord de l'Europe à Lens, ce qui évitera la répétition d'erreurs d'investissements comme celle de la Cité de l'Océan à Biarritz où les visiteurs n'affluent pas comme on l'avait espéré.  Cette Cité de l'Océan aurait pu par ailleurs être construite en maîtrise d'ouvrage publique pour 8 millions d'euros, mais le mauvais choix d'un partenarait public-privé avec la société Vinci (²) fait par les élus biarrots aura en fin de compte coûté 41 millions d'euros aux finances de la ville.  

 

On voit donc que ce pari lensois est une entreprise à hauts risques pour la Région du Nord-Pas de Calais et les caisses étatiques qui sont déjà bien malmenées en cette période de de crise économique et de montée inexorable du chômage.

 

La Rédaction d'HENDAYENVIRONNEMENT

 

 

(¹) Voir à ce sujet le site de l'Observatoire des subventions :
http://www.observatoiredessubventions.com/2012/le-louvre-a-lens-au-moins-150-millions-deuros/

(²) Mieux comprendre ce qu'est un partenariat public-privé (PPP) :
http://www.observatoiredessubventions.com/2012/le-cout-hallucinant-des-ppp/

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 08:59

  Flamanville.jpg

                    Jusqu'où montera la facture de l'EPR de Flamanville qui dépasse désormais les 8,5 milliards d'euros ?

                                                                Photo : Stéphane Geufroi - Ouest-France

 

 

Quelques éclaircissements sur un gigantesque gâchis :

 

1. EDF baisse en Bourse, la rentabilité de l'EPR en question

http://groupes.sortirdunucleaire.org/EDF-baisse-en-Bourse-la

 

2. EPR de Flamanville : EDF se fait lacher par Enel

http://lexpansion.lexpress.fr/entreprise/epr-de-flamanville-edf-se-fait-lacher-par-enel_363539.html

 

 

Partager cet article
Repost0