Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 09:10

 

" À ce rythme, Entrepuentes devrait être achevé vers ... 2100 ! "

écrivait prophétiquement un pertinent analyste local le 11.12.2008

http://hendaye.blogs.sudouest.fr/tag/Entrepuentes

HENDAYE-Centre  :  le chantier "ZUBIETAN",  alias "ENTREPUENTES",  photographié ci-dessus le 4 mars 2006. Ce chantier entre dans sa dixième année d'existence, puisque le "premier coup de marteau" a été donné plus tôt que mentionné dans l'article d'une double page publié le 29 avril 2015 dans le quotidien SUD OUEST ( * ).   Photo : Sirius

HENDAYE-Centre : le chantier "ZUBIETAN", alias "ENTREPUENTES", photographié ci-dessus le 4 mars 2006. Ce chantier entre dans sa dixième année d'existence, puisque le "premier coup de marteau" a été donné plus tôt que mentionné dans l'article d'une double page publié le 29 avril 2015 dans le quotidien SUD OUEST ( * ). Photo : Sirius

(*) Nous apprenons dans ce même article du SUD OUEST que le groupe immobilier Kaufman & Broad, filiale de la Financière Gaillon, s'engage, si la situation économique future devait lui permettre de tenir promesse, à reprendre en main la propriété de la dalle de béton qui permettra d'édifier un mix constitué de résidences de tourisme, de "résidences services seniors", ainsi que d' habitations locatives.

 

Espérons que cette énième annonce ne se révélera pas être tout aussi vaine que les précédentes, compte tenu de ce que rapportait le site http://www.boursier.com/actions/actualites/news/kaufman-et-broad-la-dette-de-financiere-gaillon-notee-b-571190.html le 20/03/2014 : " Standard & Poor's a assigné la notation crédit préliminaire "B" à la Financière Gaillon 8, holding de Kaufman et Broad, pour une perspective "stable". Cette même note a été conférée au contrat de crédit senior de 370 millions d'euros qui sert à refinancer la dette, annoncé hier. La note de recouvrement de ce crédit est de "4", soit une probabilité moyenne de récupération des fonds (30 à 50%) en cas de défaut. La notation finale sera fonction de l'analyse de la documentation de l'opération. Cette note préliminaire, située en catégorie spéculative à 5 crans en-deçà de la catégorie d'investissement, reflète un modèle économique sain mais un profil de risque financier "très endetté".

 

QU'ATTENDRE DU CHANTIER À L'ABANDON ?

 

 

Initialement considéré comme devant être le plus important projet concocté sur le centre d'Hendaye depuis la percée historique de la travée qui amena le chemin de fer sur notre notre ville en 1864, le chantier "ENTREPUENTES", rebaptisé "ZUBIETAN" pour mieux faire oublier la succession de déboires techniques et commerciaux qui entravèrent l'avancement des travaux depuis son lancement début 2006, est désormais à l'arrêt pour n'avoir su éveiller l'engouement d'acquéreurs qui ne voient pas très bien l'intérêt qu'ils auraient à venir habiter dans des appartements coûteux situés au-dessus de voies ferrées.

 

Nous rapportions dans notre rubrique "URBANISME" (1) les divers problèmes auxquels ce chantier a été confronté depuis 2006, et qui conduisirent finalement à sa paralysie actuelle. Le non-aboutissement de ce projet est d'autant plus inopportun que plus de cinquante des nombreux appartements projetés devaient, selon les termes d'une clause du contrat d'urbanisme signé entre le promoteur et la mairie de l'époque, être rétrocédés à des bailleurs sociaux, ce qui aurait permis d'alléger la demande de logements à loyers modérés qui ne cesse d'augmenter sur Hendaye du fait du niveau élevé des loyers du secteur privé et de la forte accentuation des chiffres du chômage.

 

Faudra-t-il devoir supporter la vue de cette monumentale dalle de béton hérissée de dizaines d'embases de piliers pendant une ou plusieurs décennies de plus avant d'assister à une relance des constructions restées en souffrance ?  Une réunion publique d'information s'est bien tenue en juillet 2012 au théâtre " Les Variétés " afin de nous annoncer la poursuite et la transformation de cette ébauche de construction en un complexe de résidences privées qui devait  accueillir des retraités aisés dès le courant du premier semestre 2014. Or, cette annonce, pourtant optimistement relayée par la presse régionale, n'a été suivie d'aucun effet. Le groupe d'investissement immobilier " Les Villages d'or " qui souhaitait porter ce nouveau projet de concert avec la société de BTP Altuna y Uria, toujours propriétaire de la dalle, semble désormais être plutôt attentiste,du fait de la situation économique difficile dans laquelle notre notre pays se trouve et qui laisse présager qu'une rectification majeure des prix immobiliers va tôt ou tard se produire. 

 

Suffit-il donc de placidement croiser les bras tout en implorant vainement les cieux pour permettre un redémarrage de ce chantier ? Ou bien est-il devenu indispensable de faire usage de la réglementation existante afin d'espérer pouvoir sortir de l'actuelle impasse ?  C'est à ces interrogations qui relèvent avant tout de l'intérêt général que nous allons ci-après essayer de fournir des éléments de réponse.

HENDAYE-Centre : L'autre partie du chantier est également à l'arrêt depuis plusieurs années. Photo : Sirius

HENDAYE-Centre : L'autre partie du chantier est également à l'arrêt depuis plusieurs années. Photo : Sirius

ESQUISSE D'UNE VOIE D'ISSUE

 

 

               METTRE FIN À UNE QUASI -DÉCENNIE D'INFRUCTUEUSE ATTENTE  ...

 

On se souvient que la construction du complexe d'habitations "ENTREPUENTES", initiée par un promoteur venu d'outre-Bidassoa qui cumula les erreurs en tous genres, fût malencontreusement lancée alors que la débâcle immobilière faisait déjà partout débat dans l'Espagne du début 2006. Ce contexte défavorable ne pouvait alors que laisser présager un enlisement financier de ce projet qui était avant tout destiné à satisfaire la demande d'une clientèle d'acheteurs venue d'ailleurs.

 

Les divers déboires techniques et financiers qu'à connu ce chantier irritèrent non seulement les riverains qui subirent nombre de dommages matériels, mais éveillèrentt également une grande déception parmi ceux nos concitoyens qui peinent à se loger du fait du niveau élevé des loyers sur Hendaye. Ces mal logés attendaient en effet qu'un peu plus d'une cinquantaine des quelques 386 logements qui devaient être initialement construits sur cette dalle soient mis à la disposition de bailleurs sociaux, ainsi que le prévoyait le contrat d'urbanisme conclu avec l'équipe municipale de l'époque, ce qui aurait permis de soulager autant de familles à bas revenus.

 

C'est dans le but de répondre à l'impérieuse nécessité d'offrir suffisamment de logements à prix abordables à nos jeunes ainsi qu'aux familles disposant de peu de moyens que nos élus doivent, si possible de concert avec l'Office départemental des HLM, manifester clairement leur volonté de poursuivre la construction de logements sociaux sur cette dalle du centre-ville. Ils peuvent d'autant moins se défiler devant la nécessité d'agir, qu'il n'y a aucune indulgence à montrer envers une société de promotion immobilière qui a stoppé ce chantier au seul prétexte que la crise économique qui sévit de puis 2008 ne lui permet plus de soutirer de cette réalisation les profits initialement escomptés.

                ... EN  OSANT FAIRE USAGE DE LA RÉGLEMENTATION EXISTANTE

 

Sortir de l'actuel attentisme est donc devenu une impérieure nécessité qui exigera de la détermination de la part de nos élus. Il n'existe en effet pas de multiples façons de poursuivre la construction de l'ensemble des bâtiments initiallement prévus sans devoir être contraint de faire usage de l'arsenal réglementaire en matière d'urbanisme, ou alors d'exiger du propriétaire de la dalle qu'il cède cette dernière.

 

Il est à ce sujet utile de rappeler que si l'article R-424-17 du Code de l'urbanisme prècise que  le titulaire du permis est protégé tant qu'il n'y a pas d'interruption de chantier de plus d'un an, cela ne veut pas pour autant dire qu'il n'a pas pour obligation de se conformer à l'autre condition qu'implique cet octroi, et qui veut que " les travaux exécutés d'une année sur l'autre soient suffisamment importants pour ne pas être considérés par la juridiction administrative comme un simulacre destiné à éviter la péremption. Si effectivement les travaux sont interrompus pendant un délai supérieur à un an, le permis cesse d'avoir une existence légale et sa péremption est acquise automatiquement.", précise dans sa réponse la ministre de tutelle à une question posée par une députée de Moselle dans un cas similaire : http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-62840QE.htm

 

On voit ainsi qu'il est désormais devenu indispensable de tenir compte des périodes d'inactivité clairement définies par le Code de l'urbanisme (2) et d'engager enfin une procédure de constatation des infractions prévue à l'article L-480-4 (3) de ce même code si l'on souhaite sincèrement parvenir à un aboutissement dans cette affaire.

 

La Rédaction d'HENDAYENVIRONNEMENT

 

 

 

(1) Voir sous notre rubrique "URBANISME" nos précédents articles sur le même sujet : http://hendaye.environnement.over-blog.fr/article-un-gigantesque-fiasco-39013526.html et http://hendaye.environnement.over-blog.fr/article-vers-une-affaire-dans-l-affaire-39010790.html

 

 

(2)  http://www.extranet.nouveaupermisdeconstruire.gouv.fr/7-8-perempt  

 

 

(3)  http://www.green-law-avocat.fr/urbanisme-construction-dune-maison-dont-chantier-abandonne-attention-peremption-du-permis-en-application-larticle-l480-4-du-code-lurbanisme/

 

                          

Partager cet article
Repost0
Published by Sirius
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 07:01

   

    COMMÉMORATION DU 70ème ANNIVERSAIRE

           DE LA LIBÉRATION DES CAMPS NAZIS

70ème ANNIVERSAIRE DE LA LIBÉRATION DES CAMPS NAZIS

4

  SOIRÉE DE PROJECTION DE FILMS D'ARCHIVES

    TOURNÉS PAR LES AMÉRICAINS LORS DE LA

        LIBÉRATION DES CAMPS FIN AVRIL 1945

 

                              DIATHÈQUE MUNICIPALE D'HENDAYE

                                                                Vendredi 24 Avril 2015

                                                                                       19H00

 

                                                                                   Entrée libre

 

 

     Organisation : FNDIRP avec le soutien de la MAIRIE D'HENDAYE

 

 

THÉMATIQUE

 

Les premiers camps de concentration ont été construits dès l'arrivée au pouvoir des nazis en 1933. Ils furent remplis d'opposants politiques, syndicaux et religieux allemands assimilés à des ennemis intérieurs qui entravaient le dépassement des antagonismes des classes sociales que la création d'un parti unique avait la prétention d'abolir. Puis vint ensuite l'arrestation et l'extermination systématiques des Juifs et des Tziganes.

 

Ce n'est qu’après l'enclenchement des invasions de multiples pays par les nazis que des millions d'autres humains, issus de plus de soixante-dix nationalités, connurent à leur tour l'horreur de la déportation. De très nombreux d'entre eux ne revinrent jamais de cet enfer concentrationnaire. Parmi eux, 23 des 58 déportés hendayais.

 

Les souffrances qu'endurèrent les déportés furent tellement horribles et le bilan de leur massacre si gigantesque, que ces camps symboliseront à tout jamais l'effroi suscité par le régime totalitaire qui domina l'Allemagne de 1933 à 1945.

Le film d'archives ici proposé est une méditation sur la difficulté de témoigner de l'impensable, mais il est aussi un avertissement lancé à ceux qui doutent encore des méfaits engendrés par des politiques de stigmatisation de l'autre et d'exclusion de l'étranger.

 

Nota : La projection sera précédée de la présentaion d'un diaporama qui retracera les répercussions que le Second Conflit mondial et l'ouverture des camps eurent sur le plan local.

 

 

CONMEMORACIÓN DEL 70 ANIVERSARIO

DE LA LIBERACIÓN DE LOS CAMPOS NAZIS

70ème ANNIVERSAIRE DE LA LIBÉRATION DES CAMPS NAZIS

TARDE DE PROYECCIÓN DE PELÍCULAS DE ARCHIVOS FILMADOS POR LOS AMERICANOS  EN EL MOMENTO DE LA LIBERACIÓN DE LOS CAMPOS A FINALES DE ABRIL DE 1945

 

 

MEDIATECA MUNICIPAL DE HENDAYA

El viernes, 24 de abril de 2015

19 horas

 

Entrada libre

 

 

Organización: FNDIRP con apoyo del AYUNTAMIENTO DE HENDAYA

 

 

Partager cet article
Repost0
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 07:50
L'ESPRIT DU 11JANVIER
Partager cet article
Repost0
14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 08:12
PROCÈS EN APPEL POUR RÉCIDIVE DE REFUS DE PRÉLÈVEMENT ADN

Jeudi 26 mars 2015

Rassemblement à partir de 8h devant la Cour d’Appel de Pau.

Appel à soutien

Le 26 mars 2015, à 8h30, à la Cour d’Appel de Pau, Jean-Charles comparaîtra en appel de sa troisième condamnation pour un refus de prélèvement d’ADN procédant du même délit initial. Le collectif de soutien vous invite à le rejoindre au rassemblement à partir de 8h devant la Cour d’Appel.

Dans cette période propice aux entraves aux libertés publiques et individuelles, se défendre face aux dérives d’un fichage massif et systématique de la population devient primordial.

Répression et moyen de contrôle permanent

Condamné à trois reprises en à peine plus d’un an pour ce refus de prélèvement ADN, il fait aujourd’hui appel de sa troisième condamnation, clairement inscrite dans le délit continu et la mise au pas des opposants. Car depuis quelques années, le Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques, détourné de son usage d’identification, est devenu un bâillon de la contestation pacifique.
Engagé notamment dans la campagne contre le missile M51 et le laser Mégajoule et pour le respect du traité de non prolifération des armes nucléaires par la France, Jean-Charles s’est ainsi trouvé systématiquement poursuivi lorsque la France s’apprête à effectuer un nouveau tir d’essai du missile nucléaire M51 et à violer ses engagements internationaux.

Délit continu

Un prélèvement ADN ne peut être effectué sans l’accord de la personne, refuser est un droit… Mais c’est un droit coupable, passible d’une condamnation, jusqu’à 1 an d’emprisonnement et 15 000€ d’amende.
Pourtant, comme l’explique Catherine Bourgain, généticienne à l’INSERM, quand les parlementaires ont voté la création du fichier en 1998, il ne devait servir qu’à identifier les gens, les segments d’ADN conservés étant considérés comme non-codants. Mais on se rend compte aujourd’hui que les segments ADN prélevés pour le Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques (Fnaeg), donnent des informations telles que l’origine géographique de la personne, la filiation, l’hérédité, les maladies génétiques, …
Le refus de fichage ADN est un délit continu qu’aucune peine ni condamnation, même effectuée, ne vient éteindre. Condamné pour un refus, ce prélèvement peut vous être de nouveau réclamé et le cas échéant, impliquer de nouvelles poursuites, et ainsi de suite jusqu’à ce que vous cédiez. Il constitue donc un moyen de contrôle permanent sur les populations depuis l’élargissement du fichier à la quasi-totalité des délits (excepté les délits financiers).
Les prélèvements effectués sont conservés 40 ans pour les personnes condamnées et 25 ans pour les personnes non poursuivies ou disculpées.

Soutien

Les organisations, associations, collectifs et individuels sont invités à le soutenir (communiqués et soutien financier). Vous pouvez envoyer vos souscriptions par chèque à l’adresse suivante :

Association Négajoule !
Chez Brigitte Coÿne
27 résidence Emeraude 33770 Salles
(Précisez « soutien Jean-Charles » au dos du chèque)

Contact : justiceetpaix@riseup.net

 

 

Partager cet article
Repost0
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 09:54
Pulvérisation chimique dans les vergers industriels : Les cancers de la prostate font de sévères ravages chez les conducteurs d'engins agricoles et les résidus de pesticides se retrouvent jusque sous la peau des fruits.

Pulvérisation chimique dans les vergers industriels : Les cancers de la prostate font de sévères ravages chez les conducteurs d'engins agricoles et les résidus de pesticides se retrouvent jusque sous la peau des fruits.

 

" Peut-on  encore  manger  des  pommes  ?  " questionne  le  documentaire  produit  par  l'équipe  d' Envoyé spécial qui a été diffusé sur France 2 le 5 mars 2015.

 

L'enquête menée nous démontre que rien ne va plus dans cette filière qui n'ose même plus communiquer avec l'extérieur tellement est reprochable l'utilisation abusive qu'elle fait des pesticides, fongicides ainsi que conservateurs chimiques vaporisés dans les chambres froides où sont stockés pendant des mois les fruits que nous allons ensuite consommer.

 

Nous vous proposons de voir ou revoir ce documentaire qui est accablant pour nos producteurs de pommes, fruit pourtant le plus inconsciemment prisé des consommateurs.

 

Bon appétit !

 

Voir le reportage de France 2 : http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/envoye-special/video-peut-on-encore-manger-des-pommes_841549.html

Partager cet article
Repost0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 16:48
MINEURS ISOLÉS ÉTRANGERS : GUIDE PRATIQUE
Mineurs isolés étrangers : guide pratique sur les demandes d’asile et de titre de séjour

 

http://www.lacimade.org/nouvelles/5360-Mineurs-isol-s--trangers---guide-pratique-sur-les-demandes-d-asile-et-de-titre-de-s-jour

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 13:51
DETTE SOUVERAINE GRECQUE

          Vidéo diffusée par le gouvernement grec au sujet des dommages subis sous l'occupation nazie

                                                       http://www.youtube.com/watch?v=JUnVM9LqkYo

 

Un accord international signé en 1953 ( Plans Dawes & Young ) avait permis à la RFA d'annuler plus de 60% de sa dette contractée avant et après-guerre. La Grèce, qui sortait alors d'une occupation nazie qui avait été une des plus sanglantes de celles subies par les pays conquis, fut malgré cela un des 21 créanciers qui soutinrent l'effacement de cette dette afin d'aider la RFA à trouver un ancrage au sein du bloc occidental. (1)

 

Prendre son destin en main plutôt que le subir,

   n'est-ce pas là l'aspiration légitime de tout peuple !     

 

 

Après avoir connu les tragédies modernes de la colonisation ottomane, de l'occupation nazie, d'une dictature de colonels, ainsi qu'une déchirante humiliation imposée par la Troïka * qui lui a dicté un démembrement de son patrimoine national censé devoir partiellement éponger l'énorme endettement public qui résulte de la désorganisation et de la corruption de son personnel politique, le peuple grec semble enfin, en amenant la formation ƩYΡΙΖΑ à la tête du pays, pouvoir nourrir l'espoir de prendre son destin en main. 

 

ƩYΡΙΖΑ semble décidée à faire valoir à ceux qui s'impatientent de voir ce pays rembourser sa dette officielle de 362 milliards d'euros, que les banques privées ont d'ailleurs entre temps adroitement pris soin de faire tansférer en créances de la BCE afin de ne pas exposer leurs propres actionnaires à ce problème, qu'il pourrait exister un vieux contentieux remontant à 1953 entre l'État hellénique et le premier des créanciers de cette même BCE : http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/02/17/l-allemagne-a-t-elle-une-dette-de-guerre-envers-la-grece_1644633_3214.html.

 

On reparle par ailleurs du "climat d'affaires" qui, dans le passé, a fortement contribué à faire imploser l'endettement grec, ainsi que nous le rapportions dans l'un de nos anciens articles : http://hendaye.environnement.over-blog.fr/article-dettes-souveraines-108856827.html , et a de bonnes chances de jouer un rôle central dans la renégociation qui va forcément s'engager autour du montant cette dette.

 

Ce n'est pas avec l'accord à caractère provisoire qui vient d'être trouvé entre la Grèce et l'Eurogroupe ce vendredi 20 février 2015 à Bruxelles, et dont on sait qu'il évite l'asphyxie immédiate de ce pays tout en repoussant au début juillet prochain une prise de décision sur les modalités de remboursement de sa dette financière, que l'on rassurera les Grecs qui voient dans l'intransigeance allemande à leur égard une façon de les inciter à se tourner vers la sortie de la zone Euro.

 

Le répit.de quatre mois obtenu par ƩYΡΙΖΑ suffira-t-il pour développer une stratégie et  mobiliser les citoyens dans le pays et en Europe contre la politique d'austérité imposée par les technocrates sans légitimation démocratique qui règnent sur les institutions qui composent la Troïka ?

 

La Rédaction d' HENDAYENVIRONNEMENT

 

 

 

* CE + BCE + FMI.  Voir à ce sujet l'édifiant documentaire diffusé sur arte le 24 février 2015 à 22H30 qui traite des pouvoirs exorbitants de la Troïka : http://www.arte.tv/guide/fr/051622-000/puissante-et-incontrolee-la-troika

 

(1) Selon le journaliste Marius Schattner, qui publie dans Le Monde diplomatique du mois de mlars 2015 un article intitulé  "Dette publique, un siècle de bras de fer", Leonid Bershidsky, du groupe de médias Bloomberg, aurait écrit dans une rubrique parue le 27 janvier 2015 : "L'Allemagne méritait qu'on allège sa dette, pas la Grèce", expliquant plus au loin qu' "Une des raisons pour lesquelles l'Allemagne de l'Ouest a bénéficié d'une réduction de sa dette, c'est que la République fédérale devait devenir un rempart de premier rang dans la lutte contre le communisme (...) Les gouvernements ouest-allemands qui bénéficièrent de ces mesures étaient résolument antimarxistes", ce qui semble ne pas être exactement le cas de la coalition ƩYΡΙΖΑ qui vient d'accéder au pouvoir.

 

 

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 11:07
LA PRESSE D'INFORMATION SOUS PERFUSION

                                                       C'est à l'ironie

                                               Que commence la liberté

  Victor Hugo  -  La Légende des siècles, Rupture avec ce qui amoindrit  (1859)   

 

Lettre de soutien à Charlie Hebdo :

http://www.deslettres.fr/?wysija-page=1&controller=email&action=view&email_id=718wysijap=subscriptions&user_id=3685   

    

    LA PRESSE D'INFORMATION SOUS PERFUSION

 

 

Confrontée à une perte lente et apparemment irréversible de son lectorat traditionnel ainsi qu'à un effondrement des rentrées de trésorerie qu'apportaient jadis les encarts publicitaires, la presse d'information chancelle de n'avoir pu trouver des investisseurs capables de garantir son indépendance éditoriale et de n'avoir également su contrer la dégradation continue de ses contenus.

 

 

Le président du conseil de surveillance de SUD OUEST, Jean de Szolnok, lançait il y a enviiron une année de cela un cri d'alarme au sujet de la situation financière dramatique de son groupe de presse, n'excluant plus une possible faillite prochaine de celui-ci. Cette annonce choc rouvrait alors le débat sur les difficultés dans lesquelles se trouvent actuellement la plupart des éditeurs de quotidiens et périodiques généralistes du pays qui, malgré les aides financières étatiques massives qu'ils perçoivent depuis des années et atteignent désormais 1,6 milliards d'euros l'an, ne parviennent plus à équilibrer les finances de leurs entreprises du fait des effets conjugués du rétrécissement des ventes et encarts publicitaires, mais aussi d'une trop forte dilution des aides qui leur sont octroyées et qui ne tiennent pas compte des critères sociétaux des contenus proposés.

 

 

On sait que ce saupoudrage financier généralisé de la presse, censé soustraire celle-ci à la loi du marché, profite en réalité aussi bien aux publications d'intérêt général qu'à celles offrant des divertissements comme ceux contenus dans les magazines people ou encore les programmes TV. Cette aide financière multilatérale, octroyée comme si il n'existait pas de dissemblances de genres entre la multitude des titres édités, soulève donc un sentiment d'incompréhension parmi les éditeurs de la presse généraliste. Ils relèvent que compte tenu de la différence des moyens rédactionnels qu'ils doivent mettre en oeuvre par rapport à la presse de loisirs, ces subsides généralisés ne font en fait qu'amplifier les disparités de ressources qui existent entre la presse généraliste et la presse magazine publiée sur papier glacé qui résiste comme on le sait mieux à l'érosion des ventes et profite ainsi bien plus de la manne financière que représente la publicité. Ces derniers font enfin valoir que cette situation a surtout incité de grands groupes internationaux d'édition de magazines - tels Gruner+Jahr ou encore Axel Springer * - à créer des filiales françaises susceptibles de conforter les dividendes de leurs actionnaires grâce à ces fonds publics de soutien à la presse.

 

 

La Rédaction d' HENDAYENVIRONNEMENT

 

 

* Gruner+Jahr, détenu majoritairement par Bertelsmann (France Loisirs), est le second éditeur de presse magazine en France et possède plus d'une vingtaine de titres diffusés par sa filiale d'édition Prisma Media : Ça M'intéresse, Camping-Car Magazine, Capital, Cuisine Actuelle,, Femme Actuelle, Gala, Gala Gourmand, Geo, Golf Magazine, Guide Cuisine, Intense, Jogging Internatioanl, L'Auto-Journal, L'Automobile Magazine, Le Cycle, Management, Moto Journal, National geographic, Néon, Pâtisserie, Prima, Science & Vie, Voici, VSD, Télé loisirs (qui a à lui seul perçu 4 411 904 € en 2011)..

 

Axel Springer possède et édite les principaux titres magazines suivants : Auto Plus, J'économise, Rebondir, Profession Fonctionnaire, Télé Magazine, Vie Pratique Gourmand, Vie Pratique Madame, Vie Pratique Santé ...

 

PRESSE D'INFORMATION EN CRISE

LA PRESSE D'INFORMATION SOUS PERFUSION

       

     Le journal SUD OUEST vit-ils ses derniers jours ?

 

 

La situation économique de la presse est catastrophique. Depuis plusieurs années, celle-ci survit grâce aux subventions que lui accordent les différents gouvernements.

 

Selon l’OJD, sur les neufs premiers mois de l’année 2013, le recul moyen des ventes au numéro des quotidiens nationaux est de 15,35% ! Pour « Libération », le recul est de 29,53%, pour « Le Parisien » de 18,01%, et pour « Le Monde » de 17,51%.

 

La situation de la presse régionale n’est guère plus brillante. Pour le Groupe Sud-Ouest, malgré une subvention en 2011 de 6 707 844 euros, la restructuration se poursuit. 180 postes, dont 23 journalistes, seront supprimés en 2013. Ce plan social succède à celui de 2012 qui avait concerné 158 postes, dont 68 journalistes.

 

Le président du conseil de surveillance de Sud-Ouest, Jean de Szolnok, a récemment annoncé la possible faillite de son groupe : « Nous serons à court de trésorerie d’ici l’été prochain, et nous ne pourrons que constater fin 2014 ou début 2015 l’arrêt de deux journaux emblématiques de la presse quotidienne régionale (Midi-Libre et Sud-Ouest) ».

 

En 2013, les seules aides directes prévues au titre de la loi de finances représentaient 516 M€. En y ajoutant les aides indirectes (taux réduit de TVA, aides postales, aides au développement du portage…) c’est près de 1,2 milliard d’euros que coute ce secteur à la collectivité.

 

Classement des aides à la presse en 2011 :

 

1. Le Monde : 16 932 067 €

2. Le Figaro : 15 990 740 €

3. Ouest France : 14 108 028 €

4. La Croix : 10 437 334 €

5. Télérama : 9 533 479 €

6. Libération : 8 971 182 €

7. Le Nouvel Observateur : 7 917 224 €

8. L’Express : 7 621 766 €

9. Télé 7 jours : 7 288 021 €

10. Aujourd’hui en France : 6 777 475 €

11. Sud Ouest : 6 707 844 €

12. L’Humanité : 6 259 222 €

13. Paris Match : 5 359 329 €

14. La Nouvelle République du Centre Ouest : 5 171 578 €

15. A2 presse : 4 868 424 €

16. Télé Star : 4 790 124 €

17. La Voix du Nord : 4 546 741 €

18. Le Point : 4 543 178 €

19. Télé Loisirs : 4 411 904 €

20. La Dépêche du Midi : 4 038 548 €

21. Le Dauphiné libéré : 3 927 893 €

22. Newsprint SAS : 3 900 000 €

23. Syndicat de la presse quotidienne nationale (SPQN) : 3 771 080 €

24. Les Échos : 3 753 737 €

25. La Montagne : 3 747 371 €

26. Télé Z : 3 745 212 €

27. Télégramme : 3 739 454 €

28. Télécâble Sat hebdo : 3 324 771 €

29. Le Petit Quotidien : 3 298 437 €

 

Source : Infos Bordeaux, 2010-2014, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [ http://www.infos-bordeaux.fr/ ].

 

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 10:34

 

 

POLLUTION DIESEL

 

 

Combien de millions d'automobilistes qui roulent au diesel ont, au cours de ces dernières années, pris la décision d'échanger leur vieux modèle de véhicule polluant par un modèle au top de la technicité. Ils s'imaginaient ainsi pouvoir échapper aux remarques de ceux qui leur répétaient inlassablement que les moteurs diesel de dernière génération étaient subitement devenus propres, c'est-à-dire exempts de rejets de microparticules de suie et gaz d'oxydes d'azote qui nuisent tant à la santé de tous.

 

 

Seulement voilà, les motorisations diesel nouvelles, même celles qui répondent aux normes les plus contraignantes, posent encore problème puisqu'elles ne parviennent toujours pas à filtrer les plus infimes des microparticules émises et qui sont plus néfastes pour la santé que celles de plus gros calbres. Ces mêmes moteurs de dernière génération rejettent encore par ailleurs de fortes quantités d'oxydes d'azote (NOx : NO et NO2), qui ont le désavantage d'être 40 fois plus polluants que le monoxyde de carbone (CO) émis par les moteurs à essence. On sait aussi que ces NOx pénètrent profondément dans les poumons en réduisant le pouvoir d'oxygénation du sang et créent, en association avec les émanations de microparticules de ces moteurs, une irritation parfois dégénérative des bronches qui est responsable du décès de dizaines de milliers de personnes chaque année en France.

 

 

L'Agence régionale environnementale de Haute-Normandie (AREHN) expose dans un dossier dénommé « Pollution de l'air par le diesel : comment s'informer ? » des informations liées à la motorisation diesel de nos véhicules ( http://www.arehn.asso.fr/dossiers/diesel/index.html ).  Nous complétons cette instructive notice par la traduction d'un des nombreux articles qui paraissent dans la presse allemande et retracent, avec beaucoup de lucidité, les méthodes trompeuses employées par les constructeurs pour tester les émanations nocives de leurs véhicules et chercher ainsi à dissimuler les problèmes sanitaires et environnementaux qu'ils posent. 

 

 

La Rédaction d'HENDAYENVIRONNEMENT

 

  De nombreux moteurs diesel rejettent trop  de NOx malgré leur conformité avec la norme Euro-6 .  Photo : dpa

De nombreux moteurs diesel rejettent trop de NOx malgré leur conformité avec la norme Euro-6 . Photo : dpa

 

 

                        LE FOLKLORE DU DIESEL PROPRE

 

De nombreux moteurs diesel modernes émettent trop d'oxydes d'azote alors qu'ils sont pourtant conformes à la norme d'émission Euro-6.

 

Une récente étude a révélé que ces nouveaux moteurs diesel, officiellement déclarés peu polluants, empestent notre air. Ils émettent bien plus d'oxydes d'azote qu'autorisé. Ainsi s'attend-t-on à la fin de l'expansion de ce type de moteurs.

 

  Par Christof Vieweg *

Traduction : Sirius

                                                                                            ( Extrait )

 

MERCEDES parle du « diesel le plus propre » du monde, BMW s'enorgueillit d'avoir glané les  "Eco-Tests " de la Fédération de l'industrie automobile allemande (VDA),  soulignant une fois de plus le "rôle de pionnier en termes de propreté et d'efficacité" que joue ce type de moteurs. Ces discours concernent les voitures à moteur diesel, déjà prétendument conformes à la norme d'émission Euro-6 qui sera applicable dès le 1er septembre de 2015.

 

Les véhicules de cette catégorie devraient alors seulement émettre 80 milligrammes de nocifs oxydes d'azote par kilomètre, soit 55 % de moins que dans la norme précédente Euro-5. Voilà pour la théorie. Un test de l'organisme hollandais de certification TNO, domicilié à Delft, démasque ces soi-disant "diesel plus propres" comme pollueurs, qui ne valent dans la pratique pas mieux que les vieux modèles diesel. Dans le cadre de leur enquête, menée pour le compte du ministère néerlandais de l'environnement, les ingénieurs de TNO ont constaté que les nouveaux modèles de moteurs diesel de type Euro-6 n'émettent pas sur route 80 mg/km d'oxydes d'azote, mais bien plus entre 500 et 800 mg/km. Ce dépassement étant en réalité de sept à dix fois supérieur à la norme.

 

Les tests actuels permettent d'user d'astuces pour déterminer la consommation standard des véhicules

 

Les écarts relevés entre la valeur normalisée et la consommation réelle de nombreux véhicules sont toujours plus accentués. Ces différences proviennent des méthodes de mesures surannées qui sont utilisées lors des cycles d'essais. Il est facile de tricher, et cela est à blâmer. Mais une amélioration est en vue. (1)

 

Des études menées en Norvège et en Allemagne confirment les conclusions de TNO. L'automobile-club allemand ADAC avait, il y a déjà un certain temps de cela, mesuré des niveaux réels d'oxyde d'azote de 1100 milligrammes par kilomètre sur des modèles diesel pourtant homologués Euro-6. Ainsi, des experts indépendants démasquent une fois de plus des méthodes pourtant depuis longtemps connues des constructeurs. Ces constructeurs programment leurs moteurs et technologie de filtration des rejets polluants de leurs modèles dans l'unique but de respecter les seuils d'émissions définis par les normes de l'UE sur banc d'essais, et non comme il se devrait en situation réelle de circulation en ville, en campagne ou encore sur autoroutes où ces émissions polluantes sont en fait bien supérieures à ce qu'impose le législateur.

 

Seulement un diesel sur neuf respecte les limites d'émissions d'oxydes d'azote en circulation réelle

 

Les tests européens actuels d'émissions de pollution datent des années 80. Pendant le cycle d'essais de 20 minutes sur le banc à rouleaux, les voitures atteignent seulement une vitesse moyenne de 33,6 km/h. Il s'avère que les nouveaux modèles diesel répondant à la norme Euro-6 démontrent dans de telles conditions favorables de fonctionnement des valeurs d'émissions exemplaires. Mais, dans des situations réelles de conduite, seulement un véhicule sur neuf parvient à respecter la valeur limite d'émission d'oxyde d'azote selon TNO. Les émissions polluantes des autres moteurs diesel ne sont pas meilleures que sur les plus vieux modèles correspondant aux normes Euro-4 ou encore Euro-5. La différence de mesures relevées entre le banc d'essais à rouleaux et les émissions en situation réelle n'ont fait que continuellement croître ces derniers temps, relève l'organisation néerlandaise d'inspection.

 

  

* Journaliste à la Suddeusche Zeitung : http://www.sueddeutsche.de/auto/trotz-euro-abgasnorm-maer-vom-sauberen-diesel-1.1942581

 

 

Note de la Rédaction d'HENDAYENVIRONNEMENT :

 

(1) Le protocole actuel de tests est basé sur Le nouveau cycle européen de conduite (New European Driving Cycle – NEDC en anglais), encore appelé le Motor Vehicle Emissions Group (MVEG). C'est un cycle de conduite conçu pour imiter de façon reproductible les conditions rencontrées sur les routes européennes. Il est principalement utilisé pour la mesure de la consommation et des émissions polluantes des véhicules au moyen de la procédure décrite par la directive européenne 70/220/CEE. Ce cycle d’essais est en vigueur dans la CEE depuis juillet 1973.

 

Consciente des défauts de l'actuelle procédure d'essais, l'UE comptait remplacer, dès  2017, cette dernière par la WLTP (Worldwide harmonized Light vehicles Test Procedure = Procédure d'essais des véhicules légers mondialement harmonisée). Mais les experts s'attendaient à ce que les valeurs moyennes de consommation des véhicules progressent alors jusqu'à 25% par rapport à la méthode qui a actuellement cours, ce qui a aussitôt incité le gouvernement allemand, pays dans lequel se trouvent nombre de producteurs de grosses cylindrées, à déposer un droit de veto qui paralyse actuellement la mise en application de ce changement au niveau européen.

 

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 08:33
Les antagonismes enflent à la veille des fêtes de la nativité au sein de l'Église catholique partagée entre deux chapelles d'obédiences.

Les antagonismes enflent à la veille des fêtes de la nativité au sein de l'Église catholique partagée entre deux chapelles d'obédiences.

                                                        

SPIRITUALISME & SOCIÉTÉ

 

 

Dans la polémique de chapelles qui fait actuellement rage entre les chrétiens progressistes et les cercles les plus conservateurs de l'église catholique romaine regroupés derrière Monseigneur Marc Aillet, des voies s"élèvent pour dénoncer ouvertement les dérapages sacerdotaux de l'actuel évêque de Bayonne-Lescar et Oloron, reprochant à ce dernier ses «...prises de position publiques uniquement d'ordre politique, mais pas du tout pastoral.» Nous reproduisons ci-après le contenu d'une de ces lettres ouvertes.

 

 

Christian Chassériaud
6, chemin Laborde
64320 BIZANOS
Le 10 décembre 2014

 

Lettre ouverte à Monseigneur Marc AILLET
Évêque de Bayonne-Lescar et Oloron

 

Monseigneur,

 

L’article vous concernant paru dans le journal Sud-Ouest du dimanche 7 décembre n’est pas sans effet dommageable sur les communautés chrétiennes qui composent votre diocèse. En ce sens, il révèle bien l’écart, voire la rupture qui existe, pour les chrétiens, entre leur évêque chargé d’annoncer au monde la « Bonne nouvelle » et leur vécu de chrétiens engagés, au nom de leur foi, dans différentes instances de notre société.

 

Permettez-moi de vous dire que vos différentes prises de position publiques sont uniquement d’ordre politique, mais pas du tout pastoral. Vous sortez délibérément de votre mission d’évêque qui est d’être dans une attitude d’écoute et de compréhension de tous et ceci, quels que soient les opinions, points de vue, conduites ou comportements de ces derniers. Le rapprochement avec le camp conservateur que vous affichez fait de vous non pas un pasteur au service de la foi, de son approfondissement et de son développement, non pas un artisan de paix, mais un partisan qui refuse les évolutions de nos sociétés laïques et qui, pour cela, témoigne d’une grande partialité source de division au sein même des communautés chrétiennes du diocèse dont vous avez la charge.

 

Beaucoup de chrétiens de votre diocèse comme beaucoup de non-croyants restent très dubitatifs sur votre comportement public comme évêque représentant l’Église catholique. Pour un grand nombre d’entre eux, cela provoque un éloignement voire une rupture brutale d’avec l’Église.

 

Pour des non-croyants, cela leur montre le côté réducteur d’une église plus moralisante et conservatrice qu’engagée dans une démarche de foi ouverte à tous en particulier en direction de tous ceux qui souffrent d’injustices et d’inégalités sociales.

 

Les communautés chrétiennes du Béarn et du Pays Basque n’ont pas besoin d’un évêque-censeur. Elles veulent un évêque-pasteur ouvert à toutes les questions sociales. C’est une des conditions pour qu’elles puissent vivre leur foi chrétienne en lien avec un clergé lui-même en confiance et en communion avec son évêque, ce qui semble être de moins en moins le cas aujourd’hui.

 

Je vous informe que je communique cette lettre ouverte au pape François que je crois très sensible à l’annonce de l’Évangile pour tous.

 

Je vous prie de croire, Monseigneur, à l’expression de mes sentiments respectueux.

 

 

 

Partager cet article
Repost0